Afin de vous proposer une expérience optimale, nous utilisons des cookies pour mémoriser vos choix en matière de fonctionnalités, ainsi que vos préférences sur notre site. En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Veuillez consulter nos politiques en matière de privacy and cookie policies for more information

Skip to main content

Art Moderne & Contemporain Africain / Pascale Marthine Tayou (Cameroun, né en 1967) Chalks and pins U, 2012

LOT 25
AR
Pascale Marthine Tayou
(Cameroun, né en 1967)
Chalks and pins U, 2012
19 mai 2022, 17 h 00 UTC+2
Paris

Vendu 88 575 € commission incluse

Vous possédez un article similaire ?

Soumettez votre article en ligne pour une estimation gratuite.

Comment vendre

Vous cherchez un article similaire ?

Nos spécialistes en art africain moderne et contemporain peuvent vous aider à trouver un article similaire dans une vente aux enchères ou dans une vente privée.

Trouver votre spécialiste local

Experts

Pascale Marthine Tayou (Cameroun, né en 1967)

Chalks and pins U, 2012

craie, épingles, plumes, pailles, paillettes et colle chaude sur bois dans le cadre de l'artiste

chalk, pins, feathers, straws, glitter and hot glue on wood in artist's frame

165 x 212cm.
64 15/16 x 83 7/16in.

Footnotes

Provenance
Galleria Continua, Paris
Collection Gervanne + Matthias Leridon, France

Réalisée en 2012, Chalks and pins U illustre la constante volonté dont fait preuve Pascale Marthine Tayou à utiliser des matériaux non conventionnels. Saupoudrés de paillettes, des bâtons de craie aux couleurs vives sont disposés en rangées, entrecoupés de pailles en plastique épinglées, afin de former des motifs complexes qui évoquent les schémas décoratifs des tapisseries traditionnelles du Cameroun, pays natal de l'artiste.

L'utilisation de la craie par Tayou, à la fois comme support et comme matériau brut, fait directement allusion au processus même de création artistique. Le pigment n'est pas appliqué sur le papier ou la toile ; il reste intact, assumant sa forme originelle cylindrique et structurant le motif rythmique de l'ensemble du dessin.

Conçue comme une mosaïque, Chalks and pins U fait partie d'un ensemble plus vaste d'œuvres dans lesquelles Tayou imbrique des morceaux de craie. Cette œuvre est par ailleurs étroitement liée à la série Classroom Walls, dans laquelle des morceaux de craie blanches et multicolores sont disposés en formations pentagonales pour évoquer le contour de base d'une maison.

Comme explique Pascale Marthine Tayou : "Je ne suis pas en dehors du monde, je suis dedans - donc j'utilise ses outils. Le monde est mon atelier" (cité dans "Interviews : Pascale Marthine Tayou", 2018).

Il détourne les objets de leurs usages conventionnels afin de les recontextualiser au sein de son exploration sensorielle de la couleur, de la plasticité et de la forme. Tayou estime que cette réimagination du quotidien incite le spectateur à réfléchir à nouveau aux matériaux employés dans ses œuvres : "La contemplation peut engendrer le sérieux. Il faut juste laisser le temps à l'esprit de le percevoir" (cité dans " Interviews : Pascale Marthine Tayou", 2018).

"Pour moi, les morceaux de craie blanches et colorées font référence aux souvenirs d'enfance et à l'univers scolaire. Mais même la joie et la légèreté qu'inspirent les couleurs des morceaux de craie ne peuvent complètement occulter les blessures et les coupures occasionnées par ces années d'apprentissage. Bien souvent, à nos dépens, il y a d'un côté ce que nous apprenons à l'école, et d'un autre côté ce que la vie nous enseigne. Ici, Classroomwalls peut ainsi faire à la fois référence aux murs de l'enfer ou aux murs du ciel".

La persistante volonté de l'artiste à reconcevoir les normes établies se reflète dans sa décision de changer ses prénoms pour les formes féminines 'Pascale Marthine' lorsqu'il commence sa carrière artistique au début des années 1990.
Pascale Marthine Tayou s'est forgé une solide réputation internationale grâce à son approche idiosyncrasique de la création artistique. Il a participé à la Documenta 11 (2002) à Kassel et à la prestigieuse Biennale de Venise (2005 et 2009). Son travail a été présenté dans le cadre d'expositions personnelles dans de grandes institutions internationales, notamment Beautiful au Bass Museum, Miami, États-Unis (2017), à la Serpentine Sackler Gallery, Londres (2015), et World Share : Installations by Pascale Marthine Tayou au UCLA Fowler Museum, Los Angeles, États-Unis.

Bibliographie
'Interviews: Pascale Marthine Tayou', Annual Art Magazine, 26 May 2018, online
Collection privée: Pascale Marthine Tayou, Actes Sud/ Parc de la Villette, 2012



Executed in 2012, Chalks and pins U exemplifies Pascale Marthine Tayou's imaginative use of unconventional materials to investigate the affective qualities of artmaking. Dusted with glitter, brightly coloured sticks of chalk are arranged in rows, interspersed with pinned plastic drinking straws and feathers, to form intricate patterns that evoke the decorative schemes of traditional tapestries from the artist's native Cameroon.

Significantly, Tayou's employment of chalk as both medium and material alludes to the artmaking process itself. The pigment is not applied directly to paper or canvas, but instead remain intact in the form of vivid bars that structure the rhythmical pattern of the overall design.

Mosaic-like in quality, Chalks and pins U belongs to a larger body of work in which Tayou similarly nestles pieces of chalk together in intricate patterns. These works relate closely to the artist's Classroom Walls series, in which white and multi-coloured pieces of chalk are arranged in pentagonal formations to evoke the rudimentary outline of a house. Here, Tayou's unconventional use of materials functions as an associative device to evoke childhood memories of school. Open-ended in meaning, both bodies of work call upon the viewer to reflect upon their own personal response to the artist's repurposing of materials.

Such repurposing of materials sits at the heart of Tayou's diverse artistic practice. As he explains, "I'm not outside the world, I'm in it – so I use its tools. The world is my studio" (quoted in 'Interviews: Pascale Marthine Tayou', 2018). The artist diverts objects from their conventional uses in order to recontextualise them within his sensory exploration of colour, plasticity, and form. Tayou believes that this reimagining of the everyday prompts the viewer to think afresh about the materials employed in his works: "Contemplation can breed seriousness. We just need to give the mind time to perceive it" (quoted in 'Interviews: Pascale Marthine Tayou', 2018).

The artist's conviction in the importance of reconceiving established norms is reflected in his decision to change his given names to the feminine forms "Pascale Marthine" when he commenced his artistic career in the early 1990s. Through his renaming, the artist challenged the binary categories of gender, reflecting his understanding of identity as hybrid. This principle extends to his reluctance to reduce his national identity to a specific geographical or cultural origin as a Cameroonian living and working in Ghent, Belgium.

Pascale Marthine Tayou has cultivated an international reputation through his idiosyncratic approach to artmaking. He participated in Documenta 11 (2002) in Kassel and at the prestigious Venice Biennale (2005 and 2009). His work has been presented in solo exhibitions at major international institutions including Beautiful at the Bass Museum, Miami, USA (2017), the Serpentine Sackler Gallery, London (2015), and World Share: Installations by Pascale Marthine Tayou at UCLA Fowler Museum, Los Angeles, USA.

Bibliography
'Interviews: Pascale Marthine Tayou', Annual Art Magazine, 26 May 2018, online

Informations supplémentaires

Actualités et chroniques