Bonhams : 1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295

This lot has been removed from the website, please contact customer services for more information

Lot 41Ω
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé

CHF 1,100,000 - 1,400,000
US$ 1,100,000 - 1,400,000
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé
Chassis no. 198.040-55 00295
•Iconic model
•Delivered new in this colour combination
•Matching numbers
•1 kilometre since professional restoration to a high standard
•Registered in Germany

Footnotes

  • 'When it was first announced by Mercedes-Benz, the production 300 SL Coupé was a startling car built to the German concern's customarily startling standards, but above all what left the general public most open-mouthed about the new car was its upward-opening Gullwing doors...!' - Motors, 1963.

    Mercedes-Benz returned to post-war competition in 1952, fielding two of its new 300 SL (W194) sports cars in the Mille Miglia. The pair finishing a creditable 2nd and 4th overall in this most difficult of events and this promising start was followed up by a win in the challenging Carrera Panamericana. The works first raced the 300 SL (Sport Leicht) in open form, but for the Le Mans 24-Hour Race in June a trio of 'Gullwing'-doored coupés was entered. High sills were a feature of the multi-tubular spaceframe chassis, and while access was not a problem of the open car, the coupé bodywork required innovative thinking - hence the Gullwing doors. Karl Kling and Hans Klenk duly brought their 'Silver Arrow' home in first place and the 300 SL was on its way to becoming part of motor sporting legend.

    Launched in 1954, the production 300 SL retained the spaceframe chassis and lightweight aluminium-alloy bodywork of the W194 racer while its mechanical underpinnings, like the latter's, owed much to the contemporary Mercedes-Benz 300 luxury saloon. A 2,996cc overhead-camshaft inline six, the 300 SL's engine was canted at 45 degrees to achieve a low bonnet line and produced 215bhp (DIN) at 5,800rpm using Bosch mechanical fuel injection. A four-speed, all-synchromesh manual gearbox transmitted power to the hypoid bevel rear axle. Suspension was independent all round: by wishbones and coil springs at the front, with swing axles and coil springs at the rear.

    A production 300 SL (W198) was tested by Road & Track magazine in 1955, accelerating from 0-60mph (0-97km/h) in 7.4 seconds on its way to a top speed of 140mph (225km/h). Half expecting the long-awaited 300 SL to provide an anti-climax, R&T were delighted to find the new car, 'far beyond our wildest expectations. In fact, we can state unequivocally that in our opinion the 300SL coupé is the ultimate in an all-round sportscar. It combines more desirable features in one streamlined package than we ever imagined or hoped would be possible. Performance? It accelerates from a dead start to 100mph in just over 17 seconds. Dual purpose? A production model 300 SL can make a very acceptable showing in any type of sportscar competition. Yet the car is extremely tractable and easy to drive in traffic. Comfort? The fully enclosed 300 SL is the most comfortable (and safe) high-speed 'cross-country' car built today.'

    A 300 SL roadster featuring conventional doors was first exhibited at the Geneva Salon in May 1957 and, although built in greater numbers, has never matched the immortal Gullwing for desirability. Its racing parentage notwithstanding, the 300 SL remains a thoroughly practical car, as civilised in city traffic as it is exhilarating on the autostrada. By the time 300 SL Coupé production ceased in 1957, some 1,400 examples had found customers. Today the model is both rare and most sought after by connoisseurs of fine automobiles.

    The accompanying copy of this Gullwing's factory data sheet, issued 7th June 1955, shows that it was sold new to Mr Alfred Rogers of Montreal, Canada. This document also records that the car was originally finished in black with red leather interior, the same colour scheme it has today, and that it was ordered with, among other options, special high-gloss paintwork, sealed-beam headlights, instruments in English, and special upholstery. The Mercedes stayed in Canada until at least 1989 when it was owned by Mr Fred Wegner of Woodbridge, Ontario. Previously owned by Mr Jochen Hackbarth of Hamburg, Germany, the Mercedes was purchased by the current vendor from Axel Schuette in August 1993.

    Also on file is a professional condition and valuation report, compiled in December 2016 after the Gullwing had been restored, which confirms that the numbers on the chassis, body, and engine match those on the aforementioned data sheet. The odometer reading when the car was inspected was 1 kilometre, the same as it is today. This report is highly complimentary, remarking on the quality of the body, paintwork, brightwork, glass (replaced in its entirety), interior (fully re-trimmed), and chassis frame (plastic coated). It also states that the engine and differential had been overhauled, and it is worth noting that the body repairs and paintwork were entrusted to master craftsman Karl Lindermüller, one of the best specialists in the business.

    Offered with German Fahrzeugbrief, this outstanding example of, arguably, the most charismatic of all post-war sports cars is presented in excellent condition and is worthy of the closest inspection.

    VAT, Car Tax and Customs Duty at the standard rates will be payable on this Lot if the car remains in Switzerland.

    Bonhams is the guarantor of the customs duties and taxes clearance: consequently, this motor car cannot be released to the buyer or his transporter immediately after the sale.

    ◊ Note: If you wish to bid on this Lot, special formalities are required. Contact Client Services at +44 20 7447 7447 / bids@bonhams.com in advance of the sale. Please also note Online Bidding is not available for this Lot.

    Mercedes-Benz 300 SL « papillon » coupé 1955
    Châssis n° 198.040-55 00295

    •Modèle emblématique
    •Livrée neuve au Canada
    •Numéros concordants
    •1 kilomètre depuis sa restauration professionnelle
    •Immatriculée en Allemagne

    « Lorsqu'il fut dévoilé par Mercedes-Benz, le coupé 300 SL de série était une voiture extraordinaire, construite selon les exigences habituelles de qualité du constructeur allemand, mais ce qui laissa avant tout le public sans voix devant la nouvelle voiture, c'était ses portières s'ouvrant vers le haut, en aile de mouette... » - Motors, 1963.

    Après la guerre, Mercedes-Benz revint à la compétition en 1952, engageant deux de ses nouvelles sportives 300 SL (W194) aux Mille Miglia. Le tandem termina à d'honorables 2e et 4e places au classement général dans cette épreuve particulièrement difficile et ce début prometteur fut suivi par une victoire dans la très éprouvante Carrera Panamericana. L'usine avait d'abord fait courir la 300 SL (Sport Leicht) en version découverte, mais aux 24 Heures du Mans, en juin, un trio de coupés « Papillon » avait été engagé. La structure multitubulaire du châssis avait imposé de hauts seuils de porte caractéristiques et, alors que l'accès à bord ne posait aucun problème sur une voiture ouverte, avec la version coupée, il avait fallu ménager un accès inattendu, sous la forme de ces portières en aile de mouette. Karl Kling et Hans Klenk avait, comme il convient, remisé leur « flèches d'argent » et la 300 SL s'apprêtait à devenir à son tour une légende du sport automobile.

    Dévoilée en août 1954, la 300 SL de série reprenait le châssis tubulaire et la légère carrosserie en alliage d'aluminium de la W194 de compétition, alors que sa mécanique devait beaucoup, comme cette dernière, à la luxueuse berline Mercedes-Benz 300. Le moteur de la 300 SL, un six cylindres de 2 996 cm3 à arbre à cames en tête, était incliné à 45°, afin d'abaisser la ligne de capot, et développait 215 ch (DIN) à 5 800 tr/min avec une injection mécanique Bosch. Une boîte manuelle à quatre rapports tous synchronisés transmettait la puissance au pont arrière par engrenage hypoïde. La suspension était indépendante aux quatre roues, par triangles superposés et ressorts hélicoïdaux à l'avant et par demi-essieu oscillant et ressorts hélicoïdaux à l'arrière.

    Une 300 SL de série (W198) fut essayée par le magazine Road & Track en 1955, accélérant de 0 à 100 km/h en 7, 4 secondes, jusqu'à la vitesse maximale de 225 km/h. Redoutant une contre-performance de la 300 SL tant attendue, R&T était enchanté de trouver le nouveau modèle « ...au-delà de nos attentes les plus folles. En fait nous pouvons affirmer sans équivoque qu'à notre avis, le coupé 300 SL est ce qui se fait de mieux en matière de sportive. Sous une carrosserie aérodynamique, elle propose les caractéristiques les plus enthousiasmantes que nous n'ayons jamais imaginées possibles de réunir. Ses performances ? Elle accélère de 0 à 160 km/h en à peine plus de 17 secondes. Sa polyvalence ? Une 300 SL de série peut se montrer parfaitement à sa place dans n'importe quelle épreuve sportive. Son confort ? Le coupé 300 SL est la voiture « transcontinentale » la plus confortable (et la plus sûre) fabriquée aujourd'hui ».

    Une 300 SL Roadster à portières conventionnelles fit se débuts au Salon de Genève en mai 1957 et, bien qu'elle ait été construite en plus grand nombre, elle n'a jamais pu égaler la popularité du coupé « papillon ». Ne souffrant pas de son ascendance sportive, la 300 SL est une voiture pratique, aussi civilisée dans la circulation urbaine qu'elle peut être enthousiasmante sur autoroute. Lorsque la production de la 300 SL prit fin, en 1957, quelques 1 400 exemplaires avaient trouvé preneur. Aujourd'hui le modèle est à la fois rare et recherché par les connaisseurs de voitures de caractère.

    La fiche de construction qui accompagne cette « papillon », datée du 7 juin 1955, montre qu'elle a été vendue neuve à M. Alfred Rogers de Montréal, au Canada. ce document atteste également que la voiture était à l'origine noire avec intérieur en cuir rouge, ses couleur d'aujourd'hui, et qu'elle a été commandée avec, parmi ses options, une peinture brillante spéciale, des phares sealed-beam, des instruments anglais et une sellerie spéciale. La Mercedes est restée au Canada au moins jusqu'en 1989, lorsqu'elle appartenait à M. Fred Wegner de Woodbridge, dans l'Ontario. Plus tard, propriété de M. Jochen Hackbarth de Hambourg, en Allemagne, la Mercedes a été acquise par le vendeur à Axel Schuette en août 1993.

    On trouvera également au dossier un rapport d'état professionnel effectué en décembre 2016, après la restauration de la « papillon », qui confirme que les numéros de châssis, de carrosserie et de moteur concordent avec ceux mentionnés sur la fiche de fabrication citée plus haut. Le compteur affichait 1 kilomètre, comme aujourd'hui, lorsque la voiture fut inspectée. Ce rapport est particulièrement flatteur en ce qui concerne la qualité de la carrosserie, de la peinture, des chromes, des vitres (entièrement remplacées), de l'intérieur (entièrement regarni) et du châssis (plastifié). Il stipule également que le moteur et le différentiel ont été révisés et on notera que la carrosserie et la peinture ont été confiées au maître artisan Karl Lindermüller, un des plus grands spécialistes.

    Vendue avec son Fahrzeugbrief, cet époustouflant exemplaire, de la plus emblématique de toutes les sportives d'après-guerre est présentée dans un excellent état et mérite la plus grande attention.

    Mercedes 300 SL roadster 1959
    Châssis n° 198042100002388

    •Une des 1 858 construites
    •Numéros concordants
    •Aux mains de l'actuel propriétaire depuis 1988
    •Peinture et intérieur d'origine
    •Immatriculée en Allemagne

    Créer pour accompagner le retour de Mercedes-Benz en compétition après-guerre, la 300 SL fit ses débuts aux Mille Miglia 1952, finissant aux 2e et 4e places au classement général. Des victoires à la Carrera Panamericana et aux 24 Heures du Mans suivirent et la 300 SL s'apprêtait à devenir une légende du sport automobile. Max Hoffman, l'importateur Mercedes-Benz en Amérique du nord, pensait qu'il y avait un marché pour une version routière et s'arrangea pour convaincre l'usine qu'un tel modèle pourrait avoir du succès. Les premiers modèles de compétition étaient ouverts, mais avant la fin de la saison 1952, un coupé « ailes de mouette » était apparu. Les seuils de porte particulièrement hauts avaient été imposés par la structure multitubulaire du châssis et, alors que l'accès à bord ne posait aucun problème sur une voiture ouverte, avec la version coupé, il avait fallu ménager un accès inattendu, sous la forme de ces portières en aile de mouette.

    Dévoilée en août 1954, la 300 SL de série reprenait le châssis tubulaire et la légère carrosserie en alliage d'aluminium du modèle de compétition et était propulsée par un six cylindres de 2 996 cm3 à arbre à cames en tête, incliné à 45°, afin d'abaisser la ligne de capot, pour être plus aérodynamique. Faisant appel à une innovante injection d'essence directe, ce moteur dernier cri donnait 215 ch à 5 800 tr/min. Une boîte manuelle à quatre rapports tous synchronisés transmettait la puissance au pont arrière par engrenage hypoïde. La suspension était indépendante aux quatre roues, par triangles superposés et ressorts hélicoïdaux à l'avant et par demi-essieu oscillant et ressorts hélicoïdaux à l'arrière.

    Une 300 SL de série (W198) fut essayée par le magazine Road & Track en 1955, accélérant de 0 à 100 km/h en 7,4 secondes, jusqu'à la vitesse maximale de 225 km/h. Des chiffres extraordinaires pour l'époque. C'était indéniablement la première supercar. Craignant une contre-performance de la 300 SL tant attendue, R&T était enchanté de trouver le nouveau modèle « ...au-delà de nos attentes les plus folles. En fait on peut affirmer sans équivoque qu'à notre avis, le coupé 300 SL est ce qui se fait de mieux en matière de sportive. Sous une carrosserie aérodynamique, elle propose les caractéristiques les plus enthousiasmantes que nous n'ayons jamais imaginées possibles de réunir. Ses performances ? Elle accélère de 0 à 160 km/h en à peine plus de 17 secondes. Sa polyvalence ? Une 300 SL de série peut se montrer parfaitement à sa place dans n'importe quelle épreuve sportive. Son confort ? Le coupé 300 SL est la voiture « transcontinentale » la plus confortable (et la plus sûre) fabriquée aujourd'hui ».

    Ne souffrant pas de son ascendance sportive, la 300 SL est une voiture pratique, aussi civilisée dans la circulation urbaine qu'elle peut être enthousiasmante sur autoroute. Il allait être difficile de succéder au coupé 300 SL, pourtant, la version roadster, dévoilée trois ans plus tard, réussit à améliorer le comportement routier déjà exemplaire de sa cousine. Le roadster à portières conventionnelles fit se débuts au Salon de Genève en mai 1957 et fut un succès immédiat auprès de la Jet Set des années 1950, les têtes couronnées, les acteurs et les célébrités. La production d'une 300 SL décapotable impliquait la modification de l'habitacle et le châssis fut redessiné pour abaisser le seuil et faciliter l'accès à bord. Simultanément la suspension arrière fut changée pour adopter un essieu oscillant plus bas. Les freins à disque furent montés en série à partir de mars 1961, tandis que vers la fin de production une poignée de roadsters reçut un bloc cylindre en aluminium.

    La direction neutre caractéristique du roadster reçut les louanges de Road & Track dans son essai de 1958. « Avec l'articulation basse de la suspension arrière et des pneus plus adhérents, la voiture se comporte magnifiquement en toutes circonstances. C'est une amélioration par rapport au coupé qui avait tendance à un survirage assez violent lorsqu'il était poussé. » Un 0 à 100 km/h en 7 secondes et une vitesse de pointe de 210 km/h furent enregistrés faisant du roadster 300 SL l'un des cabriolets les plus rapides de tous les temps. » Et R&T concluait : « Il ne fait aucun doute que le roadster 300 SL est une sportive vraiment polyvalente, aussi à l'aise dans la circulation sur route ouverte que sur circuit », des mots qui gardent toute leur valeur encore aujourd'hui.

    Le roadster 300 SL qui coûtait plus cher qu'une Ferrari 250 GT California Spyder se vendit bien et allait survivre plusieurs années au coupé 300 SL dont la production cessa en 1957. La production du roadster cessa, elle, en 1963, après que 1 858 unités en aient été construites et aujourd'hui ce modèle est rare et très recherché.

    Le vendeur a acheté ce roadster 300 SL en 1988 à la Classic Mobil Fair, à l'Olympiahalle, à Munich. Depuis, la voiture n'a requis d'autre soin que la reprise d'une égratignure à l'aile avant droite. Son moteur tourne avec douceur, cet exemplaire affiche une délicieuse patine et de façon inattendue arbore encore sa peinture d'origine. Beige avec intérieur en cuir rouge, la voiture est vendue avec son Fahrzeugbrief et une copie de sa fiche de construction.

    Magnifique exemplaire de l'emblématique 300 SL en version roadster, cette très séduisante voiture fera une monture enthousiasmante et extrêmement pratique. De fait, il n'y a pas de meilleur moyen pour se rendre à une manifestation historique et rentrer à la maison, après y avoir participé.

    La TVA, la taxe sur les véhicules ainsi que les droits de douanes aux taux courants seront payables sur ce lot si le véhicule reste en Suisse.

    Bonhams restant le garant des droits et taxes douanières, cette voiture ne pourra pas être récupérée par l'acheteur ou son transporteur immédiatement après la vente.

    ◊ Veuillez noter que des formalités spéciales d'enregistrement seront exigées si vous souhaitez enchérir sur ce lot. Contactez notre service clients au +44 20 7447 7447 / bids@bonhams.com avant la vente. Veuillez aussi noter que les enchères en ligne ne seront pas disponibles pour ce lot.
Contacts
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
1955 Mercedes-Benz 300 SL 'Gullwing' Coupé  Chassis no. 198.040-55 00295
Auction information

This auction is now finished. If you are interested in consigning in future auctions, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this auction, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

BUYER'S PREMIUM

Bonhams charge a buyer's premium. For this sale we will charge 15% +TVA of the hammer price.

Collection Notices

Notice Collections, transport and storage

All vehicles must be collected from Bonmont by 4pm Monday 30 September 2019.

In the absence of customer instructions received by Valerie Simonet, valerie.simonet@bonhams.com BY 10PM ON THE DAY OF SALE, your purchase will be automatically transported to our storage on Monday at your cost (CHF400 + TVA and CHF30 + TVA for the storage per motor car per day).

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licenses please contact Bonhams Shipping Department.

Lot symbols
Ω Import high rate

Lots marked with an Ω beside the lot number will be subject to (1) Swiss Customs Duty based on the weight of the car (2) Car Tax on the combined Hammer Price and Buyer's Premium (3) VAT on the total of the Hammer Price, Buyer's Premium, Car Tax and Customs Duty.

The Customs Duty, Car Tax and VAT will be refundable, subject to suitable proof of export.

Les lots marqués d'un Ω à côté du numéro de lot seront soumis (1) aux droits de douane suisses basés sur le poids du véhicule (2) à la taxe sur les véhicules automobiles sur le prix combiné du marteau et de la prime acheteur (3) la TVA sur le total du prix du marteau, de la prime acheteur, des taxes automobiles et du droit de douane.

Les droits de douane, la taxe sur les véhicules et la TVA seront remboursables, sous réserve d'une preuve d'exportation appropriée.