Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908
Lot 320
De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908
Sold for € 184,000 (US$ 214,672) inc. premium

Lot Details
Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908 Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers,De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908
Autrefois propriété du collectionneur bien connu Eugène Segers
De Dion-Bouton Type AX 15 HP double berline 1908
Carrosserie Roussille & Fils, Bergerac
Châssis N° 379

•Majestueuse survivance d'un dessin de carrosserie classique
•Historique des propriétaires limpide
•Restauration ancienne soignée avec intérieur d'origine
•Historique des voyages longue distance

Bien que ce soit Karl Benz qui ait rendu l'automobile viable avec son primitif moteur à régime lent et ses différents modèles, ils furent aussitôt abandonnés lorsque Panhard dévoila son Système Panhard, un concept qui allait façonné l'industrie automobile au cours du siècle suivant, et quand De Dion-Bouton présenta ses premiers moteurs à haut régime, dans la dernière décennie du XIXe siècle. Les première De Dion-Bouton à moteur arrière cédèrent la place à une nouvelle génération de voitures à moteur avant pour le millésime 1902, des modèles monocylindres utilisant toujours des soupapes d'admission atmosphériques et des soupapes d'échappement mécaniques. La boîte de vitesses De Dion, destinée aux premiers conducteurs, était conçue pour les débutants, le moteur à haut régime était très fiable et le réseau et le service après-vente De Dion étaient de premier ordre.

Mais comme avec toute technologie moderne, les choses évoluaient rapidement et la marque devait suivre le mouvement. Au tournant de 1904/1905 un quatre cylindres en ligne était proposé, tout simplement constitué de quatre blocs-cylindres greffés sur le même vilebrequin. Puis le radiateur fut placé au-dessus du châssis, selon la mode initiée par Mercedes, entrainant la disparition du capot dit « alligator » ou « seau à charbon ». La boîte de vitesses suivait également la mode et faisait appel à un mécanisme de contrôle latéral au moment où De Dion engagea son équipe dana le Pékin-Paris en 1907. Le modèle AX, comme celui proposé ici, représente la première évolution de la quatre cylindre originale dévoilée sur un châssis légèrement plus long et plus robuste avec un allumage par magnéto. En châssis nu, elle coûtait 11 500 Francs, plus du double de la monocylindre qui était toujours au catalogue, auxquels il fallait raisonnablement ajouter 40 à 50% de plus pour une carrosserie classique.

Comme on peut en juger par l'éclectisme de sa collection, Jacques Vander Stappen montrait un grand intérêt dans le dessin des carrosseries, particulièrement celles des débuts, lorsqu'elles passèrent de l'hippomobile et du wagon de chemin de fer à l'automobile. La De Dion-Bouton présentée ici est l'une des rares survivantes, toutes marques confondues, faisant appel à une carrosserie « double berline » qui doit plus aux chemins de fer qu'à l'automobile et devait littéralement son nom au fait qu'elle était composée de deux carrosseries en tandem perchées sur le châssis. Les deux habitacles étaient indépendants, séparés par une cloison fixe. La plus connue des survivantes a arborer ce style est probablement la fameuse Rolls-Royce « Corgi », vendue un prix record par Bonhams en 2012, mais qui différait par ses compartiments intérieures non séparés. Une autre a survécu sur une Silver Ghost construite par Fuller de Bath, il y en a une autre au musée Mercedes-Benz sur une 60 HP et, bien sûr, Bugatti a copié ce style en version découverte sur l'une de ses Royale, mais il en existe certainement bien peu d'autres.

La royale De Dion Bouton proposée ici est un exemplaire moins connu qui a résidé en Europe continentale toute sa vie. On sait peu de choses de son carrossier, Roussille & Fils de Bergerac, ni pour qui il a construit cette pièce majestueuse, mais il s'agit en tout état de cause d'une magnifique automobile qui devait déjà être un monument à son époque. Compte tenu de l'état de son intérieur, il est clair qu'elle fut peu utilisée et on sait, grâce à la documentation au dossier, que quelle qu'ait été la date de sa commande, elle fut posée relativement tôt, intacte jusqu'à ce qu'elle soit découverte au début des années 1960 par le collectionneur bien connu Eugène Segers. Des photos montrent la voiture reposant dans une grange en France, puis sa méticuleuse rénovation. En dehors de ses caractéristiques techniques qui indiquent sa date de construction comme étant 1907, au cours de la soigneuse restauration qu'elle a subie une carte de visite, trouvée sous la sellerie du compartiment arrière, atteste que la carrosserie fut achevée en mars 1908.

Au cours de sa restauration, les phares ont été remplacés de gros BRC, mais il semble bien que le reste de la voiture soit resté dans l'état où elle a été trouvée et dans lequel elle était neuve. La sellerie a été nettoyée à cette époque mais pas remplacée. C'est à ce moment-là que les gros phares BRC qu'elle arbore aujourd'hui ont été installés. Une fois achevée, la De Dion a été remise sur la route et conduite à travers toute l'Europe, y compris des voyages comme un Bruxelles-Paris, un Bruxelles-Madrid et le « Polar Tour » de 1961, confirmés par les plaques dans la cabine avant.

Segers appréciait apparemment beaucoup cette voiture et ce n'est qu'après son décès qu'elle fut vendue par son fils Philippe, en 2001, lorsque M. Vander Stappen put l'acquérir pour sa collection. Au cours des dernières années, son utilisation a été bien plus modeste qu'au cours des années 1960 et dans l'état actuel, la pompe à eau a été démontée, suggérant qu'elle nécessite un peu d'attention et une rénovation générale.

Cette voiture est une remarquable pièce d'époque. Elle illustre, par ses caractéristiques techniques, la période de transition des modèles De Dion Bouton à cylindres séparés, lorsqu'ils passèrent des omniprésents et très réussis modèles monocylindres à la production d'automobiles multicylindres. Sa carrosserie, elle, montre la façon dont certains choisissaient d'être transportés dans les premières années de l'automobile, tandis que son état de conservation la place dans une catégorie encore plus rare.

Formerly owned by noted collector Eugene Segers
1908 De Dion Bouton Type AX 15HP Double Berline
Coachwork by Roussille & Fils, Bergerac
Chassis No. 379

•Majestic survivor of formal coachwork design
•Simple ownership history
•Sympathetic older restoration retaining original interior
•History of long distance tours

Although it was Karl Benz who first made the motor car a viable proposition with his primitive slow-revving engines and designs, those were left on the starting blocks when Panhard brought in the Système Panhard, a design that was to mould the future of the motor car for the next century, and when De Dion Bouton introduced their fast-revving engines in the last decade of the 19th Century. Early rear-engined De Dion Boutons, gave way to a new generation of front-engined cars for the 1902 season, again single-cylinder models with atmospheric inlet valve and mechanical exhaust valve. De Dion's gearbox was virtually foolproof for the first-time car driver, the fast-revving engines were supremely reliable, and De Dion back-up and service was second-to-none.

But as with modern technology things moved quickly and the company had to move with the times, by the turn of 1904/5 an inline four cylinder was offered, being simply four individual pots on a common crankcase. Next the radiator was moved above the chassis in the style made fashionable by Mercedes and with it the 'alligator' or 'coal scuttle' bonnet was retired. The gearbox too would follow fashion and move to a side control mechanism, by the time De Dion fielded their Peking-Paris team in 1907. The model AX as offered here represented the evolution of the first four that was introduced, on a slightly longer more substantial frame and with magneto ignition. As a bare chassis it cost 11,500 French Francs more than twice the price of their single cylinder car which was still offered, and with formal coachwork, 40-50% could reasonably be expected to be added.

As can be seen from the variety in the collection, Jacques Vander Stappen took great interest in coachwork and its design, particularly in its earliest days as it transitioned from coaches and railway carriages to cars. The De Dion Bouton presented here is one of very few surviving cars of any marque that retain Double Berline coachwork, a design which owes much to railway carriages more than cars, and literally took its name from having two coaches perched together in tandem. Those carriages being separate entities with a fixed division. Perhaps the most famous survivor of this external style is the famed 'Corgi' Rolls-Royce, sold world record price car of the marque sold by Bonhams in 2012, but that differs in that the interior compartments are not separated. Another survives on a Silver Ghost built by Fuller of Bath, there is one in the Mercedes-Benz Museum in Stuttgart on a 60hp, and of course Bugatti would copy this style in convertible form on one of his Royales, but they are certainly few and far between.

The regal De Dion Bouton here is a lesser known example which has resided in Continental Europe all of its life. Very little is recorded about its coachbuilders, Roussille Fils of Bergerac, nor for whom they built this majestic piece, however it is unquestionably a wonderful automobile that would have made quite a statement in its day. From the condition of its interior it is clear that its use was relatively modest and from the documentation on file we know that however brief its original commission was, it was clearly laid up relatively early on, until it was discovered by noted collector Eugene Segers in the early 1960s. Photos of the car show its slumber incarcerated in a French barn, then its subsequent careful refurbishment. Aside from its technical specification which pinpoints its year of construction to 1907, during the sympathetic restoration that it received, a business card was beneath the upholstery in the rear compartment stating that the bodywork was supplied in March 1908.

During its restoration, its headlamps were replaced with large BRC, but it would seem that otherwise the car remained as it had been found and was new. The upholstery appears to have been cleaned at this point rather than replaced. At this point, the bold BRC headlamps it now wears were fitted. Once finished the De Dion was then put on the road and campaigned in and around Europe, including journeys such as the 1961 run from Brussels to Paris and Madrid and The Polar Tour, as attested by plaques in the front cabin.

Segers must have prized the car and it was not until his passing that the car was sold by his son Philippe, in 2001, when Mr. Vander Stappen was able to secure it for his collection. Over the course of the last few years its use has been far more modest than its busy 1960s life and at present the water pump has been removed, suggesting that this needs attention, as well as general recommissioning.

The car is a quite remarkable period piece, in its technical aspect it shows the transitional De Dion Bouton model with separate cylinders as they moved from their ubiquitous hugely successful single cylinder automobiles to multi-cylinder production, while the coachwork is a snapshot of how some chose to be conveyed in the early days of the motorcar and its state of preservation places it in an even rarer category.
Activities
Auction information

This auction is now finished. If you are interested in consigning in future auctions, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this auction, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

Under the Buyer's Agreement, a premium (the Buyer's Premium) is payable to us by the Buyer in accordance with the terms of the Buyer's Agreement and at rates set out below, calculated by reference to the Hammer Price and payable in addition to it. Storage charges and Expenses are also payable by the Buyer as set out in the Buyer's Agreement

All the sums payable to us by the Buyer are subject to VAT

For this Sale the following rates of Buyer's Premium will be payable by Buyers of Lots:

Motor Cars
15% of the Hammer Price

Automobilia
25% up to €150,000 of the Hammer Price
20% from €150,001 to €2,000,000 of the Hammer Price
12.5% from 2,000,001 of the Hammer price

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licences please contact Bonhams Shipping Department.

Contacts
  1. Philip Kantor
    Specialist - Motor Cars
    Bonhams
    Work
    Boulevard Saint-Michel 101
    Brussels, Belgium 1040
    Work +33 1 42 61 10 11
    FaxFax: +33 1 42 61 10 15
Similar Items