Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937

This lot has been removed from the website, please contact customer services for more information

Lot 374*
Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937

€ 750,000 - 1,100,000
US$ 830,000 - 1,200,000
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach
Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Carrossée dans l'esprit des Superleggera de Touring

Châssis No. 815025 (voir texte)
Moteur No. 823040 (voir texte)

•Parfaitement restaurée
•Berlinette Alfa Romeo d'avant-guerre très recherchée
•Fréquemment présentée lors de concours d'élégance aux Etats-Unis
•Issue d'une importante collection privée

« Une des nouveautés absolues présentées par Alfa Romeo au Salon automobile de Milan 1934 était la dernière création de Vittorio Jano, la six cylindres qui est, selon l'usine et ses créateurs, l'héritière des prestigieuses Alfa Romeo 1750... » - Le Alfa Romeo di Vittorio Jano, Autocritica, Milan, 1982.

Dévoilée au Salon automobile de Milan 1934, l'Alfa Romeo 6C 2300 était le dernier fleuron d'une noble lignée de modèles sportifs qui avait vu le jour en 1925 avec la 6C 1500. Cette dernière était la première expression de l'incroyable génie créateur de Vittorio Jano qui avait permis à la marque italienne de s'élever à un rang international dans les années 1920. Ses monoplaces P2 et Tipo B de Grand Prix s'étaient avérées pratiquement imbattables au plus haut niveau à leur apogée, tandis que sa lignée de sportives à moteur six cylindres sont restées dans les annales comme les modèles de référence de leur époque.

Jano avait conçu la 6C 1500 comme une voiture de tourisme rapide qui capitaliserait sur la gloire apportée à Alfa Romeo par les succès de ses voitures de Grand Prix. Conçue comme « un petit châssis de très grande qualité... sans se soucier du coût », la 6C 1500 fut dévoilée sous forme de prototype au Salon de Milan en avril 1925, mais sa production n'avait démarré qu'en 1927. Jano avait opté pour un modèle six cylindres de 1500 cm3, pensant que c'était l'équilibre idéal entre légèreté et performances, grâce à la puissance spécifique élevé du moteur. Ce principe allait être reconduit tout au long des années 1930, la gamme des six cylindres Alfa Romeo évoluant en modèles 1750, 1900, 2300 et 2 500.

Le six cylindres 2 309 cm3 de la 2300 offrait un carter étanche et un bloc surmonté d'une culasse en alliage d'aluminium. En ordre ascendant de caractéristiques et de performances, on trouvait les modèles Turismo, Gran Turismo et Pescara compétition. En 1934, la 6C 2300 fit des débuts prometteurs en compétition au premier Giro d'Italia lorsque des modèles Gran Turismo avec des moteurs préparés et des carrosseries spéciales (la base de la version Pescara) finirent 1e, 2e et 3e. Le haut de gamme 6C 2300 Pescara développait 95 ch qui autorisaient un bon 145 km/h.

Au Salon de Milan 1936, Alfa Romeo dévoilait une version profondément remaniée de la 6C 2300. Baptisée 6C 2300 B, elle marquait une révolution pour la marque, avec ses suspensions avant et arrière indépendantes. Comme toujours, Jano et son équipe s'étaient surpassés avec un système sophistiqué, magnifiquement conçu, qui améliorait la tenue de route, tout en abaissant le centre de gravité de la voiture. Simultanément, elle adoptait des freins hydrauliques offrant un ensemble grandement amélioré.

L'empattement de ces voitures était uniformisé à 3 mètres, une option châssis long de 3, 25 m étant proposée en option.

Cette révision importante permettait d'offrir au modèle des carrosseries plus aérodynamiques et en fait, bien avant le lancement public officiel du modèle B, la marque avait travaillé avec l'un de ses plus proches voisins carrossiers sur un modèle unique Pescara berlina à suspension indépendante qui avait été engagé au Mille Miglia en 1935 et plus tard dans l'année dans la Coppa Abruzzo. Ce bond technologique en avant avait grandement favorisé Alfa Romeo en compétition.

Cette première série de 6C 2300 B à suspension indépendante allait perdurer jusqu'en 1938, lorsque les Turismo, Gran Turismo et Pescara compétition devinrent Lungo, Corto et Mille Miglia. Lungo et Corto se comprennent aisément, Alfa Romeo se positionnant clairement par rapport à l'offre proposée aux clients. La version la plus sportive adoptait un nom qui faisait désormais référence aux Mille Miglia où elle était arrivée 1ère de sa classe en 1936, 1937 et 1938.

Dans leur concept, le châssis et les trains roulants n'étaient pas fondamentalement différents les uns des autres, mais la Mille Miglia, plus sportive, offrait 20 ch de plus (30 sur la version compétition), grâce à un taux de compression de 7, 75 : 1 et à deux carburateurs Solex 35-40 FH simple corps, qui, via un rapport final de 14/61, donnaient une vitesse maximale de 145 km/h. Mais ce n'étaient pas seulement les performances qui la distinguaient, les 101 exemplaires de ce modèle sportif de référence arboraient en effet les plus belles carrosseries sportives de l'époque, la part du lion revenant à Touring sous forme de berlinettes et de spiders. Réputé pour ses carrosseries légères, cet aspect, par rapport à des châssis surchargés, ayant incontestablement contribué à leur succès. En tout 861 6C 2300 B furent construites par Alfa Romeo, la seconde série étant plus nombreuse que la première.

Cette superbe berlinette, un vrai bijou, arrive sur le marché après une restauration complète aux critères américains le plus élevés. La qualité du travail étant attestée par le fait qu'elle put être exposée au fameux Concours d'Élégance de Pebble Beach, comme châssis roulant, puis comme voiture complète.

Le projet s'est étalé sur plusieurs années qui ont débuté en 2006 par son acquisition par le vendeur, un collectionneur de longue date de la côte ouest. La voiture était arrivée à sa connaissance par un ami qui l'avait assisté dans plusieurs de ses restaurations, Chris Kidd de Tired Iron Works, restaurateur bien connu. Proposée lors d'une vente aux enchères publique, elle était arrivée en Amérique, après avoir passé, suppose-t-on, la majeure partie de sa vie en Argentine. Tous deux jugèrent qu'elle avait un potentiel considérable pour les concours d'élégance et s'enthousiasmèrent à l'idée de rendre une berlinette assez austère à sa beauté initiale dans le moindre de ses détails.

Comme dans la plupart de leurs précédents projets, le propriétaire s'est entouré des meilleurs historiens pour s'assurer qu'elle serait restaurée avec précision et dans le souci du détail. Simultanément, son intention était de reconstituer son historique et de remonter jusqu'à son premier jour.

Cette recherche les amena à l'un des plus grands connaisseurs de la spécialité, Raoul San Giorgi qui fut chargé d'évaluer la voiture avant sa restauration.

La voiture a reçu le numéro de châssis 815025, frappé à l'avant du châssis, là où chacun s'attend à le trouver. Il est à remarquer que bien que son numéro ne soit ni orienté de la même façon ni au même endroit précis que sur les autres Alfa Romeo 6C 2300B Mille Miglia survivantes, elle n'est pas la seule à présenter une telle anomalie.

La recherche sur cette période de la production Alfa Romeo n'est pas aussi simple que pour certaines marques ou certains modèles, du fait que les registres de ces voitures ont été détruits pendant la seconde guerre. Des historiens comme Luigi Fusi dans son remarquable Tutte le Vetture Alfa Romeo dal 1910 (Toutes les Alfa Romeo depuis 1910) et tous ceux qui ont suivis dans son sillage ont reconstitué la numérotation. Les numéros compris entre 815001 et 815101 sont attribués aux 6C 2300 B Mille Miglia de la deuxième série.

Selon l'opinion de M. San Giorgi, le châssis est incontestablement un châssis Alfa Romeo et comporte de nombreuses caractéristiques spécifiques au très prisé modèle Mille Miglia, notamment les pots de suspensions frappé du MM et la structure entourant l'auvent, le montant de pare-brise et le pare-brise lui-même.

La présence avérée de ce numéro devrait normalement suffire à authentifier l'origine de la voiture, mais des recherches plus approfondies par différentes personnes impliquées ont révélé quelques anomalies concernant cette voiture numéro 815025, qui se trouve avoir été enregistrée comme cabriolet dans le registre des routes de suisses. 815025 a été immatriculée en Suisse de 1938 à 1958, son dernier propriétaire connu étant un certain Karl Vogt de Zurich.

Il n'a pas été possible de reconstituer son parcours de la Suisse vers l'Amérique du sud.

Au mieux, on peut supposer que la voiture a émigré de Suisse après 1958 et continué sa vie en Argentine. La marque Alfa Romeo était populaire en Amérique du sud depuis de longues années et ce ne serait pas la première voiture à avoir fait le voyage ni à avoir connu une seconde vie là-bas, différente de celle pour laquelle elle avait été conçue à l'origine. Elle peut avoir soit perdu sa carrosserie, soit avoir été transformée de cabriolet en berlinette. On sait qu'elle a été restaurée ou reconstruite au début des années 2000 et qu'elle a été engagée aux 1000 Millas Sport en Argentine.

Comme précisé plus haut, le châssis et les trains roulants des 6C 2300 B étant pratiquement identiques tout au long de la durée de production, relativement étalée, il se peut que les origines de la voitures se trouvent ailleurs.

Pour ajouter à la confusion, la voiture telle qu'elle fut achetée portait un authentique macaron du carrossier Touring avec le numéro 2099, cohérent avec d'autres 6C 2300 B Mille Miglia carrossées par Touring à l'époque, et ce numéro était répété sur d'autres éléments annexes de la carrosserie.

En plus des recherches effectuées sur un plan purement historique, d'importantes recherches de détails ont été menées afin d'amener la voiture aussi près que possible des caractéristiques du modèle 6C 2300 B Mille Miglia, son origine supposée. M. San Giorgi a continué d'être rémunéré pour ses conseils sur l'exactitude de cette précision. La carrosserie a été entièrement restaurée et retravaillée à partir de dessins pris sur des modèles d'Alfa berlinetta Touring survivants, fournis par M. San Giogi. De plus, le propriétaire et le restaurateur ont été rendre visite à Touring à Milan pour consulter l'équipe d'aujourd'hui au bureau de style.

Au cours de la reconstruction, le moteur installé dans la voiture au moment de son acquisition (numéro 823926) s'est avéré en très mauvais état et un bloc d'époque d'une autre 6C 2300 (numéro 823040) a été acheté à David Smith, dans l'état de Washington, aux États-Unis, et refait. Une paire de carburateurs Weber ont été achetés et installés.

La restauration avançant, on se fixa comme objectif d'exposer la voiture au Concours d'Élégance de Pebble Beach en 2010. Lorsqu'on s'aperçut que la voiture ne serait pas prête à temps pour cette édition, la voiture fut exposée sous forme d'un châssis parfaitement restauré. Une façon différente de montrer une voiture qui a attiré de nombreux curieux.

L'année suivante, en 2011, la voiture revenait, cette fois achevée, l'une des rares voitures à avoir été présentée plusieurs fois et en cours de restauration. C'était le point culminant d'une reconstruction qui avait alors coûté plus d'un million de dollars. Elle fut alors vue par de nombreux visiteurs dont Louis de Fabribeckers, directeur du style chez Touring Superleggera. M. de Fabribeckers qui avait longuement étudié les dessins d'avant-guerre de la société au cours de sa formation, loua le restaurateur et fut impressionné par la qualité de restauration de la carrosserie, assurant le propriétaire qu'il pensait qu'elle avait été reconstruite avec une grande fidélité aux principes et au style de la société.

Partout où elle est passée, sa restauration a rencontré un grand succès, avec un souci du détail dans les moindres recoins, notamment à l'intérieur. Sa délicate teinte bourgogne foncé est mise en valeur par un intérieur parfaitement rénové dans un cuir à la riche couleur biscuit. Il en va de même pour l'ensemble de la voiture.

Depuis cette époque, il y plus de cinq années, la voiture a été choyée dans la collection du propriétaire et se trouve aujourd'hui en parfait état, à tout point de vue. Son kilométrage après restauration est très limité et la voiture est à peine rodée. Malgré son historique et ses origines qui risquent de poser question aux historiens pendant longtemps encore, l'Alfa Romeo telle qu'elle se présente aujourd'hui reste indéniablement une voiture éblouissante, à la carrosserie fidèlement restaurée sur une authentique plate-forme d'Alfa Romeo 6C 2300B.

Elle possède sa carte d'identité FIVA et comme telle est éligible aux Mille Miglia et peut tout à fait entamer une carrière de concours sur le circuit européen.

Pebble Beach Concours d'Elegance exhibited
1937 Alfa Romeo 6C 2300B Berlinetta
Coachwork in the style of Touring 'Superleggera'

Chassis No. 815025 (see text)
Engine No. 823040 (see text)

•Exquisitely restored
•Desirable pre-war Alfa Romeo Berlinetta
•Shown at a number of American Concours
•Offered from a prominent Private Collection

'An absolute novelty presented by Alfa Romeo at the 1934 Milan automobile show was the latest creation of Vittorio Jano, the 6-cylinder intended by the factory and by its designer to claim the heritage of the prestigious Alfa Romeo 1750...' – 'Le Alfa Romeo di Vittorio Jano', Autocritica, Milan, 1982.

Introduced at the 1934 Milan Salone, the Alfa Romeo 6C 2300 was the latest flowering of a noble line of sporting models that had originated in 1925 with the 6C 1500. The latter was the first true expression of the abiding design genius of Vittorio Jano, who had masterminded the Italian firm's meteoric rise to world-class stature in the mid-1920s. His P2 and Tipo B Monoposto Grand Prix racing designs proved virtually unbeatable at premier level in their heyday, while his family of six-cylinder sports-racing cars has passed into the annals of motoring history as the standard-setter of its time.

Jano visualised the 6C 1500 as a fast touring car that would capitalise on the fame brought to Alfa Romeo by the success of his Grand Prix racers. Intended as 'a small chassis of very high quality... no expense was to be spared in attaining this object', the 6C 1500 was first revealed in prototype form at the Milan Motor Show in April 1925, though production did not begin until 1927. Jano had settled on a six-cylinder model with a capacity of 1,500cc as he believed that gave the right combination of light weight and sparking performance, thanks to the engine's high specific output. These principles would be maintained throughout the 1930s as Alfa's six-cylinder range evolved through 1750, 1900, 2300 and 2500 models.

The 2300's six-cylinder 2,309cc engine featured an integrally cast crankcase and cylinder block topped by an aluminium-alloy cylinder head. In ascending order of specification and performance: Turismo, Gran Turismo and competition Pescara models were offered. In 1934 the 6C 2300 made an auspicious competition debut in the inaugural Giro d'Italia when Gran Turismo models featuring tuned engines and special bodies (the basis of the Pescara version) finished 1, 2, 3. The top-of-the range 6C 2300 Pescara developed 95bhp, which was good enough for a top speed of 145km/h.

At the 1936 Milan Auto Salon Alfa Romeo unveiled a substantially redesigned version of the 6C 2300. Designated as the 6C 2300 B, it broke new ground for the company with the introduction of independent front and rear suspension. As ever, Jano and his team had eclipsed themselves, with a complicated looking, but beautifully designed system, which at once both improved the car's handling and also lowered the centre of gravity of the car. At the same time hydraulic brakes were also introduced, for a vastly improved package overall.
The wheelbase of these cars was now standardised at 3 metres, still with the optional long chassis variant at 3.25metres.

This major revision allowed the cars to be designed with more aerodynamic bodywork and in fact well in advance of the public announcement of the 'B' model the company had been working with some of its closer local coachbuilding houses, with a single independently sprung Touring Pescara Berlina campaigning the Mille Miglia in 1935 and later that year at the Coppa Abruzzo. This leap forward in technology would assist Alfa Romeo's competition efforts greatly.

This first series of independently sprung 6C 2300B cars would run through to 1938, when they were re-badged from Turismo, Gran Turismo and Pescara to Lungo, Corto and Mille Miglia. Lungo and Corto are self explanatory, Alfa Romeo now being far more transparent in their positioning of the options their buyers had. The more sporting version however now upgraded its name to the association with the Mille Miglia, where they had produced 1st in Class in 1936, 1937 and 1938.

In their essence, the chassis and running gear were not hugely different between them, but the most sporting Mille Miglia had 20hp more (30hp on the race versions), derived from a 7.75: 1 compression ratio and twin single choke Solex 35-40FH carburettors and then drove through a 14/61 back axle for a top speed of 145kph. It was not only the performance that made the difference though, the 101 of this definitive sporting model wore some of the best looking sporting coachwork of its day, the lion's share being completed in either Berlinetta or Spider form by Touring. Renowned for their lightweight coachwork, this aspect over more heavily burdened chassis would unquestionably have contributed to their racing successes. In all 861 6C 2300 'B' motorcars were built by Alfa Romeo, the secondary series being more numerous than the first.

This exquisite and jewel-like Berlinetta comes to the market following a comprehensive restoration to the very highest American standards. The quality of the work is reflected in the fact that it was able to be displayed at the world renowned Pebble Beach Concours d'Elegance both as a rolling chassis and as a completed car.

The whole project was a multi-year restoration, which began with its acquisition by the current owner, a long term, West Coast based, collector in 2006. The car had originally arrived on his radar at the suggestion of a friend who had assisted him with many of his restorations, noted restorer Chris Kidd of Tired Iron Works. Offered for sale at public auction, it had recently arrived in America and was thought to have spent most of its life in Argentina. Both felt that the car had considerable potential at Concours level and relished the prospect of returning a somewhat dowdy Berlinetta, with all of its style and detail to its former beauty.

As with many previous projects, the owner enlisted the expertise of noted historians to ensure that it was restored accurately and with a high level of detail. At the same time, it was also his intention to research as much of the history as possible and to trace its existence back to day one.

Their research brought them to one of the most noted specialists in this field, Raoul San Giorgi and he was employed to assess the car prior to its rebuild.

The car had been attributed with the chassis number 815025, which is stamped on the front chassis member where one would expect to find its identity. It should noted that while this is neither in the same orientation or precise location as other surviving Alfa Romeo 6C 2300B Mille Miglia cars, it is not the only such car to represent an anomaly in this regard.

The research of this era of Alfa Romeo production is not as straightforward as for some makes and models, in that the records for these cars were sadly destroyed during the Second World War. Historians such as Luigi Fusi with his remarkable tome 'Tutte La Vetture dal 1910/All Cars from 1910', and those that have followed in his footsteps have documented the correlations of these numbers. Those within the series of 815001-815101 are recorded as being for the 6C 2300 B Mille Miglia Second Series.

In Mr. San Giorgi's opinion the chassis was unquestionably an Alfa Romeo chassis and carried many of the features specific to the more desirable Mille Miglia model, including numbered 'MM' suspension pots, and its structure around the bulkhead, 'A post' and windscreen.

The evidence of this number could normally be considered to be key to the roots of the car, however extensive research by a number of interested parties provided something of an anomaly in that car 815025, has been found to have been listed on Swiss Road Registration records as being a Cabriolet. 815025 was registered in that country from 1938 through to 1958, its last known owner being one Karl Vogt of Zurich.

It has not been possible to trace a documented path for the car from Switzerland to South America.

At best, one can hypothesize that the car migrated from Switzerland at some time after 1958 and continued its life in Argentina. The Alfa Romeo brand has long been popular in South America, and it would be by no means the first car to have made this excursion, nor the first to have had a secondary 'life' in some other purpose than it may have originally been delivered. The car may either have lost its bodywork along the way, or indeed been converted from a cabriolet to a berlinetta. It is known to have been restored or rebuilt in the early 2000s and on occasions to have been run on the 1000 Millas Sport in Argentina.

As noted above, since 6C 2300B chassis and running gear were virtually identical across a relatively long production run, it is equally also possible that the car's origins lie elsewhere.

To add to the intrigue as acquired the car wore an authentic Touring coachwork badge, with the number 2099, which is in sequence with other Touring bodied 6C2300B Mille Miglia cars of that era and this number was found to be repeated on some of the body side trim pieces.

Alongside the research that was carried out in historical terms, considerable research was carried out in detail terms with the aim of bringing the car as close as possible to the specification of a 6C 2300B Mille Miglia model, its believed heritage. Mr. San Giorgi continued to be employed to advise on this accuracy. The bodywork was extensively restored and reworked, using existing drawings taken from surviving Alfa Touring Berlinettas, provided by Mr. San Giorgi. In addition, the owner and restorer traveled to Touring in Milan also and consulted with the modern day team at the styling house.

During its rebuild, the engine that was in the car as acquired (which was numbered 823926) was discovered to be in very poor condition and a period unit from another 6C 2300 (number 823040) was purchased from David Smith of Washington State, USA and rebuilt. A pair of period Weber carburettors were sourced and fitted.

As the restoration progressed, it did so with the aim of being shown at the 2010 Pebble Beach Concours d'Elegance. When it became apparent that the car would not be ready in time for that year's event, the car was instead shown as a perfectly restored chassis. Always a fascinating way in which to view a car, not surprisingly it drew much interest.

The following year, in 2011, the car returned there, now completed, one of few cars to have been presented on multiple occasions and during restoration. This was the culmination of a rebuild that by then had cost in excess of $1m. There it was seen by many, one of whom was Louis De Fabribeckers, the Head of Design for Touring Superleggera. Mr. Fabribeckers, who had studied the pre-war designs of the company comprehensively in his education, commended the restorer and was impressed by the accuracy of the restoration of the bodywork, commenting to its owner that he felt it had been rebuilt very faithfully to the company's principles and design.

Wherever seen, the restoration has unquestionably been a huge success, and is beautifully detailed from stem to stern, particularly with regard to its interior. Its tasteful deep burgundy hue is offset with a rich biscuit coloured leather and exquisitely refurbished. The same is true of throughout the car.

Since that time, over the past 5 years, the car has remained cosseted in the owner's collection and is to this day in exceptionally fine order throughout. Its post-restoration miles are very modest, and the car is barely 'run in'. Regardless of its history and origins, which may perhaps continue to elude historians forever, as it stands today the Alfa is undeniably a stunning automobile, with faithfully restored coachwork and genuine underpinnings of an original Alfa Romeo 6C 2300B.

It carries a FIVA identity card also, and as such it is eligible for the Mille Miglia, or indeed to debut on the European Concours circuit.
Contacts
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Exposée au Concours d'Élégance de Pebble Beach ,Alfa Romeo 6C 2300B berlinette 1937
Auction information

This auction is now finished. If you are interested in consigning in future auctions, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this auction, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

Like the vast majority of auctioneers Bonhams charge what is known as a Buyer's Premium. Buyer's Premium on all Automobilia lots will adhere to Bonhams group policy:

25% up to £50,000 of hammer price,
20% from £50,001 to £1,000,000 of hammer price,
and 12% on the balance thereafter. This applies to each lot purchased and is subject to VAT.

For Motor Cars and Motorcycles a 15% Buyer's Premium is payable on the first £50,000 of the final Hammer Price of each Lot, and 12% on any amount by which the Hammer Price exceeds £50,000. VAT at the standard rate is payable on the Premium by all Buyers, unless otherwise stated.

Some lots may be subject to VAT on the Hammer Price. These lots will be clearly marked with the relevant symbol printed beside the lot number in the catalog.

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licenses please contact Bonhams Shipping Department.

Lot symbols
* Import low rate

VAT on imported items at a reduced rate of 5.5% on the hammer price and the prevailing rate on buyer's premium if the car remains in EU.

TVA sur les objets importés à un taux réduit de 5.5% sur le prix d'adjudication et un taux en vigueur sur la prime d'achat dans le cas où la voiture reste dans l'Union Européenne.