Skip to main content

Les Grandes Marques du Monde à Paris / 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet Chassis no. 55217 Engine no. 24

1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 1
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 2
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 3
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 4
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 5
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 6
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 7
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 8
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 9
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 10
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 11
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 12
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 13
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 14
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 15
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 16
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 17
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 18
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 19
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 1
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 2
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 3
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 4
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 5
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 6
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 7
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 8
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 9
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 10
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 11
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 12
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 13
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 14
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 15
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 16
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 17
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 18
Thumbnail of 1932 Bugatti Type 55 Cabriolet  Chassis no. 55217 Engine no. 24 image 19
Lot 583
1932 Bugatti Type 55 Cabriolet
2 February 2023, 13:00 CET
Paris, The Grand Palais Éphémère

€3,000,000 - €4,000,000

Ask about this lot

1932 Bugatti Type 55 Cabriolet
Coachwork by Vanvooren

Chassis no. 55217
Engine no. 24

• The most original of six Vanvooren-bodied Type 55s delivered to Paris in 1932
• Original chassis, crankshaft and original body
• Known continuous ownership history
• Professionally restored with a mere approximately 1,500km covered since
• New cylinder block and gearbox from Crosthwaite & Gardiner

Footnotes

At the end of 1931, the Parisian Bugatti agent Dominique Lamberjack (junior), a friend of both Jean Bugatti and Robert de Prandières, the director of coachbuilders Vanvooren in Courbevoie, agreed between them that most of the Bugatti Type 55 '300' chassis delivered to Lamberjack's dealership would be sent to Vanvooren for bodying. Among the seven Bugatti Type 55 chassis delivered in Paris, six would be bodied by Vanvooren and one by Figoni in Courbevoie. The register of sales and deliveries confirms that the five Type 55 chassis ordered and delivered to Lamberjack in 1932 were numbers '55204', '55208', '55214', '55217' and '55227'. They were all invoiced for 72,500 French francs. The sixth chassis, '55236', was shipped by rail to Paris in June 1935 to be bodied by Vanvooren, but was destined for the Bugatti dealership in Amsterdam.

This Type 55 chassis with engine '24' was assembled at the factory in May 1932, as were chassis with engines '17' to '23'. Chassis '55217/24' was transported by road from Molsheim to Paris on 29th July 1932 and was invoiced that same day to Lamberjack's Paris dealership for the sum of 72,500 French francs. The chassis was then sent to Vanvooren in Courbevoie to receive a two-seater cabriolet body.

Dominique Lamberjack junior has stated that the car, once back from the coachbuilder, had remained on display in his showroom at the corner of rue Bayen and boulevard des Marechaux, for more than three years without finding a single buyer. It would take four years before a loyal Bugatti customer stepped in and bought it.

The Type 55 was registered new on 12th May 1936 at the Pas de Calais prefecture, under the license plate number '3988 NA 6' in the name of Eugène Leleux (junior). Born on 17th October 1906 in Lille, Eugène Florimond Albert Leleux was a brewer by trade and ran the Croix de Grès brewery in Divion. The Leleux family's first Bugatti was a Type 40A convertible acquired on 23rd June 1932. It was replaced in October 1936 by a Type 57 cabriolet which was sold to finance the purchase of the Type 55. Lamberjack's Société Franco-Américaine d'Automobiles' original invoice for the Type 55 cabriolet is made out to 'Mr Eugène Leleux son, Divion' and is dated 6th May 1936. It details 'A Bugatti 2L300 type 55 car number 55217. New, bodied as a two-seater Vanvooren convertible. For a payment of sixteen thousand francs in cash, twenty-five thousand francs in ten installments and the trade-in of a Bugatti 57143 as it is'.

On the back of one of the original photographs of the Bugatti, taken in the courtyard of the brewery, Eugène Leleux has written: "2l 300, type 55, year 1936, 8 cyl in line 2 compressor camshafts, 18 fiscal hp 4 floor speeds, 180 km/h, Gearbox separated from the engine Cable brakes, drums incorporated in the aluminum wheels, magneto Scintilla, Connecting rods and crankshaft on ball and roller bearings. Convertible Vanvooren 2 places, Yellow, Wings and black hood." This note seems to indicate that at the time of purchase by Leleux, the car was not yet equipped with a Cotal pre-selector gearbox, otherwise this feature would have been mentioned, so detailed is the car's description.

In 1941, the Lille newspapers reported that Mr Eugène Leleux, a brewer in Divion, had filed a complaint with the police concerning the theft of his car, which he had left on rue de la Comédie. He was able to regain possession of his car, which had been discovered during a police patrol. We do not know if it was his Type 55 cabriolet, but the notion is appealing.

In 1942, the car was entrusted to the good care of the Bugatti repair workshop at 75 quai Carnot in Levallois, managed by the famous Doctor Gabriel Espanet. A first letter and invoice dated 28th August 1942 states: "Following your letter of August 24, we have the advantage of sending you a single speed, two type 55 front springs and a steering wheel. As regards the rear spring slide supports, the model of which you sent us, we are writing to our factory in Bordeaux to send us a pair as soon as possible..." The invoice for 1,053 French francs was attached. By letter of 14th October 1942, the rear slides were provided in turn for the sum of 1,318 French francs.

A final letter of 30th December 1942, relates to the repair of the cylinder block: "As we had let you hope, in our letter of the 10th instant, we have been able to take, despite the current working conditions, the arrangements which have enabled us to finally complete the perfect repair of your cylinder unit. If the delay was a little long, the execution of the work is as precise as in normal times. The valves supplied in particular are of the best pre-war special steel and we have been able to maintain the old price for one last time. You will find them mounted in their guide, broken in, ready to run.
"During the assembly of the engine, it will be necessary to take care to leave them all in their respective place in each cylinder/the clearances (which are 50 hundredths intake and 60 hundredths exhaust) must therefore be obtained, possibly, by filing on the spot and the valve stem very carefully.
"Attached is the invoice concerning the repair of the unit by autogenous welding and the rectification, as well as the supply of the valves and guides, for a total sum of 6,519 French francs."

These letters shed light on the Bugatti factory's ability to continue its activities at the Levallois repair workshop and the relocated factory in Bordeaux. Soon this factory would close and the tools would be repatriated to Alsace by the new owner, H Trippel.

It is probable that the Type 55 convertible was used for another four years. A request for 'non-pledge' of the vehicle was registered in March and again in October 1947. The Bugatti was then sold in the Nord department and registered as '6803 ME' on 11th February 1948 in the name of Eugène Mulnard, an electrical engineer resident at 108 rue Grand Chemin in Roubaix. On 27th February 1951, the Type 55 was registered in the name of Miss Andrée Desplats, a secretary living at 58 rue du Molinel in Lille. The Bugatti was re-registered as '3553 AF 59'. Eugène Mulnard would later divorce his wife and marry Andrée Desplats in Lille in September 1965.

Eugène Mulnard was president of the Écurie Flandre, founded in Lille just after the war, whose notable members included the pilot/manufacturer Paul Delbarre, the Simca specialist Monnier, Jacky Pollet, Flamencourt (the team's official mechanic) and Werry the administrative director. Mulnard raced in the Monnier Spéciale with a BMW 328 engine at the Chimay Grand Prix in 1953 but retired with a gearbox problem.

In July 1988, Eugène Mulnard was kind enough to commit his Bugatti memories to paper for Bugatti authority Pierre-Yves Laugier: "The Bugatti 55217 was equipped when I bought it with a Cotal 32 mkg gearbox. I do not know if the assembly was done by Bugatti or any other mechanical workshop. The engine block was leaking some water at a spark plug cupola I repaired. In 1950, the Bugatti company rue Carnot in Levallois supplied me with pistons and rings. I completely dismantled the engine and all the parts remained detached for many years, not having time to take care of them.
"In 1975, I put everything back together. The only part that I could not find at Scintilla: the battery charge regulator. In 1980 the Bugatti was in perfect working order. This car has never been damaged, and always perfectly maintained. I did 117,000 km with it.
"Only one problem: while I was in Switzerland, around 1948, I filled up with gasoline, in this gasoline was incorporated at the time Tetra-ethyl lead. I had to drain and replace with unleaded gasoline.
"In 1949, I was in Germany. During my stay, there were heavy snowfalls, roads rutted by the war. The engine being very close to the ground. It had to stay two months in the garage. I was president of Écurie Flandres in which there were eight cars. We raced in Formula I and did rallies and hill climbs. The Bugatti has never been entered in any competition; it was the car I drove every day."

Dealer Bruno Vendiesse remembers that as a young enthusiast aged twenty in 1974, he went to see the Bugatti on display in the window of Flamencourt, who was a Simca agent in Mons en Baroel, and saw it again in the garages of the General Heating Company at 37 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny in Saint-André-lez-Lille. Mulnard had no place to park the car, which was stored at Georges Tranchet's saddlery in Lomme from 1976 to 1979, before its sale the following year.

The great Bugatti lover Marc Blanc of Montbrison bought the Type 55 cabriolet in 1980. He had known Mulnard for years, paying him frequent visits, but Mulnard was never inclined to sell the car. One day Mulnard contacted Marc Blanc, saying that he had decided to part with his Bugatti. He confided in him that he had four potential buyers but wished to visit them in turn to determine which was best able to restore the Bugatti to correct original specification. At that time Marc Blanc was reassembling his Type 35A in his garage. Mulnard was pleasantly surprised and immediately handed Blanc his business card as a bill of sale. The transaction, for a price of 250,000 French francs, satisfied both parties.

Blanc traveled to Wattrelos to take possession of the Type 55, which arrived in Montbrison towed by a Peugeot 504 belonging to the company. According to Marc Blanc, the Bugatti had had a minor collision leaving one of the wings out of line. The car remained in its garage in Montbrison between two Bugatti Grand Prix cars for nearly ten years, without being restarted. Marc Blanc then dismantled the engine, which he entrusted, together with the Cotal gearbox, to his official mechanic Marc Defour of Sury-le-Comtal for an overhaul. In 2009, the Type 55 was exhibited for the first time, at the Salon d'Avignon, and four years later was sold to collector Ton Meijer through dealers Bruno Vendiesse and Jaap Braam Ruben.

The Bugatti was driven to its new home in Carpentras but the engine was running poorly. It was decided to undertake a complete restoration, which was entrusted to the Ventoux Moteurs workshop run by Laurent and Raphael Rondoni. The rebuild would take more than three years to complete. The chassis was stripped bare and all the mechanicals overhauled, with some worn parts replaced. The cam boxes and the camshafts were manufactured by Rondoni together with the water pipes and compressor mounting gear. The split cylinder block was replaced with a new block obtained from Crosthwaite & Gardiner in Buxted, UK. The original roller-bearing crankshaft was overhauled with new connecting rods with cages and rollers from Brineton Engineering of Wolverhampton.

During the replacement of the Cotal gearbox, the old Bugatti gearbox's fixing holes were found, as well as those of the levers and the braking system, which had been modified to suit the Cotal which required a special crosspiece. A new gearbox from Crosthwaite was machined by Ventoux Moteurs and fitted with dog gears from Brineton Engineering.

The lined black hood and the upholstery work were entrusted to Ventoux Saddlery in Carpentras. The backs of the seats have been reduced in thickness and the door panels have been kept; only the seats have been changed. A beige carpet, identical to that on the base of the doors, was used as the cabin carpet.

The electrical wiring harness was remade by Rondoni, while the Scintilla lighting and magneto are original. The radiator was only cleaned, and the rear axle overhauled, as were the shock absorbers and the brakes. The front axle was re-nickeled and the original cast aluminum wheels retained. The exhaust, which had been shortened, was extended by a muffler and a silencer under the running board.

Restoration of the bodywork was entrusted to the good care of renowned Dutch workshop Dijkhof in Achterveld, which also took care of the restoration of Mr Meijer's former Bugatti Type 55 roadster. The body's timber framework was changed in large part because it was rotten,and the Bugatti was finally delivered to its owner around Christmas 2018. All original mechanical parts that were replaced were returned to the owner and are offered with the car.

Among the six Type 55 cabriolets bodied by Vanvooren in Courbevoie, '55217' is the only one to have retained its original bodywork on its 1932 chassis; all the others have been modified to a greater or lesser extent, while '55227' and '55236' no longer exist.

Bonhams would like to offer its grateful thanks to marque expert Pierre-Yves Laugier for his assistance in compiling this description, a longer report in French is available upon request.

Purple Paddle Lot: Please note there is restricted bidding on this lot which requires enhanced bid verification checks. Please contact us at [email protected] or call +44 20 7447 7447 as soon as possible if you are planning to bid on this lot to prevent any last-minute delays.



1932 Bugatti Type 55 Cabriolet
Carrosserie Vanvooren
Châssis n° 55217
Moteur n° 24


• La plus originale des six Type 55 carrossées par Vanvooren, livrée à Paris en 1932
• Chassis, vilebrequin et carrosserie d'origines
• Historique continu des propriétaires
• Restaurée professionnellement avec environ 1 500 km parcourus depuis
• Nouveau bloc cylindre et boîte de vitesses de Crosthwaite & Gardiner

À la fin de 1931, l'agent parisien Bugatti Dominique Lamberjack (junior), un ami de Jean Bugatti et de Robert de Prandières, le directeur de la carrosserie Vanvooren de Courbevoie, se mirent d'accord pour que la plupart des châssis « 300 » de Bugatti Type 55 livrés à l'agence Lamberjack soient envoyés à Vanvooren pour y être carrossés. Sur les sept châssis Bugatti Type 55 livrés à Paris, six seraient carrossés par Vanvooren et une par Figoni à Courbevoie. Le registre des ventes et livraisons confirme que cinq châssis Type 55 commandés et livrés à Lamberjack en 1932 étaient les numéros 55204, 55208, 55214, 55217 et 55227. Toutes avaient été commandées pour 72 500 francs. Le sixième châssis, 55236, fut expédié par rail à Paris en juin 1935 pour être habillé par Vanvooren, mais il était destiné au concessionnaire Bugatti d'Amsterdam.

Ce châssis Type 55 avec le moteur 24 fut assemblé à l'usine en mai 1932, comme le furent les châssis équipés de moteurs 17 à 23. Le châssis 55217/24 fut transporté par route de Molsheim à Paris le 29 juillet 1932 et fut facturé ce même jour à l'agence Lamberjack de Paris pour la somme de 72 500 francs. Le châssis fut alors envoyé à Vanvooren à Courbevoie pour recevoir une carrosserie cabriolet.

Dominique Lamberjack junior a affirmé que la voiture, de retour de chez le carrossier, était restée en exposition dans son showroom au croisement de la rue Bayen et du boulevard des Maréchaux, pendant plus de trois ans, sans trouver le moindre acheteur. Il faudra quatre avant qu'un client Bugatti entre et l'achète.

La Type 55 fut immatriculée le 12 mai 1936 à la préfecture du Pas-de-Calais, avec le numéro 3988 NA 6 au nom d'Eugène Leleux (junior). Né le 17 octobre 1906 à Lille, Eugène Florimond Albert Leleux était un brasseur et dirigeait la brasserie Croix de Grès à Divion. La première Bugatti de la famille Leleux était une Type 40A cabriolet acquise le 23 juin 1932. Elle fut remplacée en octobre 1936 par un cabriolet Type 57 vendu pour financer l'achat de la Type 55. La facture de la Société Franco-Américaine d'Automobiles de Lamberjack pour la Type 55 cabriolet a été faite au nom de M. Eugène Leleux fils, à Divion et est datée du 6 mai 1936. Elle décrit « une Bugatti 2L300 type 55 voiture numéro 55217. Neuve, carrossée en cabriolet deux places Vanvooren. Pour un prix de soixante mille francs en liquide, vingt-cinq mille francs en dix termes et en échange d'une Bugatti 57143 dans son état ».

Au dos de l'une des photos originales de la Bugatti, prise dans la cour de la brasserie, Eugène Leleux a écrit 2 l 300, type 55, année 1936, 8 cyl en ligne 2 compresseurs arbre à cames, 18 hp fiscaux, 4 vitesses au plancher, 180 km/h, boîte séparée du moteur freins à câble, tambours incorporés dans les roues en aluminium, magnéto Scintilla, bielles et arbres à cames sur roulements. Cabriolet Vanvooren 2 places, jaune, ailes et capote noires. » Cette note semble indiquer qu'à l'époque de l'achat par Leleux, la voiture n'était pas encore équipée avec une boîte Cotal présélective, sinon cela aurait été mentionné, tant la description de la voiture est détaillée.

En 1941, les journaux de Lille rapportaient que M. Eugène Leleux, un brasseur de Divion, avait porté plainte à la police pour le vol de sa voiture, qu'il avait laissée rue de la Comédie. Il put reprendre possession de sa voiture qui avait été découverte au cours d'une patrouille de police. Nous ne savons pas s'il s'agit de la Type 55 cabriolet, mais l'anecdote est intéressante.

En 1942, la voiture fut confiée aux bons soins de l'atelier de réparation Bugatti, 75 quai Carnot à Levallois, dirigé par le fameux docteur Gabriel Espanet. Une première lettre et une facture datée du 28 août 1942 établit : « Suite à votre lettre du 24 août, nous avons le plaisir de vous envoyer un pignon fixe, deux ressorts avant de type 55 et un volant. En ce qui concerne le support de glissière de ressort arrière, dont vous nous avez envoyé le modèle, nous écrivons à notre usine de Bordeaux de nous en envoyer une paire dès que possible... » La facture de 1 053 francs y était attachée. par lettre du 14 octobre 1942, les glissières arrière furent fournies par retour pour la somme de 1 318 francs.

Une lettre finale du 30 décembre 1942, rapporte la réparation du bloc cylindre : « Comme nous l'avions laissé entendre, dans notre lettre du 10 courant, nous avons pu, malgré les conditions de travail actuelles, nous arranger pour pouvoir finalement achever la complète réparation de votre bloc moteur. Si les délais furent un peu longs, l'exécution du travail est aussi méticuleux qu'en temps normal. Les soupapes fournies en particulier sont du même acier spécial d'avant-guerre et nous avons pu maintenir l'ancien prix pour la dernière fois. Vous les trouverez montées dans leur guide, rôdées, prêtes à fonctionner.
« Pendant le remontage du moteur, il sera nécessaire de bien prendre soin de les laisser toutes à leur place respective dans chaque cylindre/les tolérances (qui sont de 50 centièmes à l'admission et de 60 centièmes à l'échappement) doivent ainsi être obtenues, si possible, en limant très soigneusement le siège de soupape.
« Ci-joint la facture concernant la réparation du bloc par soudure autogène et la rectification, ainsi que la fourniture des guides de soupapes, pour la somme totale de 6 519 francs. »

Ces lettres mettent en avant l'aptitude de l'usine Bugatti à continuer ses activités à l'atelier de réparation de Levallois et sur la relocation de l'usine à Bordeaux. Cette usine allait bientôt fermer et les outils être rapatriés en Alsace par le nouveau propriétaire, H. Trippel.

Il est probable que le cabriolet Type 55 fut encore utilisé quatre années supplémentaires. Une requête de non gage du véhicule fut enregistré en mars et à nouveau en octobre 1947. La Bugatti fut alors vendue dans le département du Nord et immatriculée 6803 ME le 11 février 1948 au nom d'Eugène Mulnard, un ingénieur électricien demeurant 108, rue du Grand Chemin à Roubaix. Le 27 février 1951, la Type 55 fut immatriculée au nom de mademoiselle Andrée Desplats, secrétaire vivant 58, rue du Molinel à Lille. La Bugatti fut réimmatriculée 3553 AF 59. Eugène Mulnard allait plus tard divorcer de sa femme et épouser Andrée Desplats à Lille en septembre 1965.

Eugène Mulnard était président de l'écurie Flandre, fondée à Lille juste après la guerre, dont les membres les plus notoires étaient le pilote/construteur Paul Delbarre, le spécialiste Simca Monnier, Jacky Pollet, Flamencourt (le mécanicien officiel de l'écurie) et Werry le directeur administratif. Mulnard courut sur la Monnier Spéciale équipée d'un moteur de BMW 328 au Grand Prix de Chimay en 1953 et abandonna sur problème de transmission.

En juillet 1988, Eugène Mulnard fut assez sympathique pour transcrire sur papier ses souvenirs de Bugatti pour le spécialiste Bugatti Pierre-Yves Laugier : « La Bugatti 55217 était équipée d'une boîte Cotal de 32 mkg lorsque je l'ai achetée. Je ne sais pas si l'installation fut faite par Bugatti ou un autre atelier de mécanique. Le bloc moteur fuyait de l'eau au niveau de l'un des sièges de soupape que j'ai réparé. En 1950, la société Bugatti, rue Carnot à Levallois me fournit des pistons et des segments. J'ai complètement démonté le moteur et il est resté dans cet état pendant plusieurs années, sans en prendre soin.
« En 1975, j'ai tout remonté. La seule pièce que je n'ai pas pu trouver chez Scintilla était le régulateur de charge de la batterie. en 1980, la Bugatti était en parfait état de marche. Cette voiture n'a jamais été endommagé et toujours parfaitement entretenue. J'ai fait 117 000 km avec.
« Un seul problème : alors que J'étais en Suisse vers 1948, j'ai fait le plein d'essence, dans cette essence, il y avait du plomb tétra-ethyl. J'ai dû vidanger et la remplacer par de l'essence sans plomb.
« En 1949, j'étais en Allemagne. Au cours de mon séjour, il y a eu de grosses chute de neige, sur les routes dévastée par la guerre. Le moteur étant très près du sol. Elle a dû rester deux mois au garage. J'étais président de l'écurie Flandres laquelle avait huit voitures. Nous avons couru en Formule I, en rallyes et en course de côte. La Bugatti n'a jamais été engagée dans aucune compétition. C'était ma voiture de tous les jours. »

Le marchand Bruno Vendiesse se souvient que, jeune passionné à l'âge de vingt ans en 1974, il alla voir la Bugatti exposée dans une vitrine de Flamencourt, qui était agent Simca à Mons en Baroel, et la revit dans les garages de la Compagnie Générale de Chauffage au 37, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-André-lez-Lille. Mulnard n'ayant pas d'endroit où stocker la voiture, elle fut remisée dans la sellerie de Georges Tranchet à Lomme de 1976 à 1979, avant qu'elle soit vendue l'année suivante.

Le grand amateur de Bugatti, Marc Blanc de Montbrison acheta la Type 55 cabriolet en 1980. Il connaissait Mulnard depuis des années lui rendant souvent visite, mais Mulnard ne fut jamais tenté de vendre la voiture. Un jour Mulnard appela Marc Blanc, lui disant qu'il avait finalement décidé de se séparer de la Bugatti. Il lui avoua qu'il avait quatre acheteurs potentiels mais souhaitait leur rendre visite à tour de rôle avant de décider lequel était le mieux placé pour restaurer la Bugatti à ses caractéristiques d'origine. À l'époque, Marc Blanc remontait sa Type 35A dans son garage. Mulnard fut agréablement surpris et tendit immédiatement sa carte de visite à Blanc en guise d'acte de vente. La transaction, pour un prix de 250 000 francs, satisfaisait les deux parties.

Blanc se rendit à Wattrelos pour prendre possession de la Type 55, qui arriva à Montbrison remorquée par une Peugeot 504 appartenant à la Companie. Selon Marc Blanc, la Bugatti avait eu une petite collision qui avait tordu une des ailes. La voiture resta dans son garage de Montbrison entre deux Bugatti Grand Prix pendant presque dix ans sans être démarrée. Marc Blanc démonta le moteur, qu'il confia avec la boîte Cotal, à son mécanicien officiel, Marc Defour de Sury-le-Comtal pour une révision. En 2009, la Type 55 fut exposée pour la première fois au Salon d'Avignon, et, quatre ans plus tard, fut vendue au collectionneur Ton Meijer par les négociants Bruno Vendiesse et Jaap Braam Ruben.

La Bugatti fut conduite à sa nouvelle demeure à Carpentras, mais le moteur ne tournait pas bien. On décida d'entreprendre une restauration complète qui fut confiée à l'atelier Ventoux Moteurs de Laurent et Raphaël Rondoni. La reconstruction allait prendre plus de trois années. Le châssis fut mis à nu et toute la mécanique révisée et quelques pièces usées furent remplacées. Les cames et l'arbre furent réalisés par Rondoni avec les conduits d'eau et les engrenages du compresseur. Le bloc cylindre fendu fut remplacé par un nouveau bloc obtenu chez Crosthwaite & Gardiner à Buxted, au Royaume-Uni. Le palier à roulement original de l'arbre à cames fut remis à neuf avec de nouvelles tiges de culbuteurs avec cages et roulements de Brineton Engineering à Wolverhampton.

Au cours du remplacement de la boîte Cotal, les trous de fixation de l'ancienne boîte Bugatti furent découverts, ainsi que ceux du levier et du système de freinage qui avaient été modifiés pour s'adapter à la boîte Cotal qui nécessitait une entretoise spéciale. Une nouvelle boîte de Crosthwaite fut usinée par Ventoux Moteurs et installée avec des engrenages à crabot de Brineton Engineering.

La capote doublée et la sellerie furent confiées à Ventoux Saddlery à Carpentras. L'épaisseur du dos des sièges a été réduite et les panneaux de portes ont été conservés, seuls les sièges ont été changés. Une moquette beige identique à celle des bas de portes a été utilisée comme moquette dans l'habitacle.

La faisceau électrique a été refait par Rondoni, tandis que l'éclairage Scintilla et la magnéto sont ceux d'origine. Le radiateur a seulement été nettoyé et l'essieu arrière révisé, ainsi que les amortisseurs et les freins. L'essieu avant a été renickelé et les roues d'origine en aluminium coulé ont été conservées. L'échappement qui avait été raccourci a été complété par un silencieux sous le marchepied.

La restauration de la carrosserie a été confiée aux bons soins de l'atelier hollandais réputée Dijkhof à Achterveld, qui a également pris soin de la restauration de l'ancien roadster Bugatti Type 55 de M. Meijer. La structure en bois de la carrosserie a été changée en grande partie car elle était pourrie et la Bugatti a finalement été livrée à son propriétaire vers Noël 2018. Toutes les pièces mécaniques d'origine qui ont été remplacées ont été rendues au propriétaire et sont vendues avec la voiture.

Parmi les six Type 55 cabriolets carrossés par Vanvooren à Courbevoie, 55217 est le seul à conserver sa carrosserie d'origine sur son châssis de 1932, toutes les autres ont plus ou moins été modifiées, tandis que 55227 et 55236 n'existent plus.

Bonhams aimerait adresser ses remerciements reconnaissants à l'expert Pierre-Yves Laugier pour son assistance dans la compilation de cette description, un rapport plus complet en français est disponible sur demande.

Lot Purple Paddle : Veuillez noter que ce lot est soumis à certaines restrictions et requiert certaines vérifications avant de pouvoir enchérir. 
Merci de nous contacter à [email protected] ou d'appeler au +44 20 7447 7447 le plus tôt possible si vous envisagez d'enchérir sur ce lot afin d'éviter tous délais de dernière minute.

Additional information