no image
Lot 345*
Aston Martin DB5 cabriolet 1965
Sold for €1,897,500 (US$ 2,232,598) inc. premium

Lot Details
Un des 39 exemplaires produits en volant à gauche d'origine
Aston Martin DB5 cabriolet 1965
Châssis n° DB5/C/1920/L
Moteur n° 400/2057

« De plus en plus d'automobiles atteignent désormais la « tonne » (les 100 miles à l'heure), mais celles qui peuvent le faire avec la même facilité et la même rapidité que les Aston se comptent sur les doigts de la main. La stabilité à haute vitesse et la sécurité ne sont pas choses faciles à maîtriseret, avec une rare clientèle pour en amortir le prix, les coûts de production ne vont pas en diminuant,compte tenu de la quantité de travailexigée. La DB 5 occupe donc une place à part sur le marché, une place tout en haut, tant en termes de performances, qu'en termes de prix à payer pour ce privilège », Autocar, 18 septembre 1964.

Dévoilée en 1963, la DB 5 était une évolution de sa devancière DB 4 qui avait représenté,au moment de son apparition en 1958, un véritable pas de géant dans l'évolution d'Aston Martin après la guerre. Avec ses proportions classiques, la carrosserie dessinée par Touring établissait un style instantanément identifiable qui allait caractériser la marque pour un bon moment, jusqu'en 1970. Le moteur de la DB 4 était toujours un six cylindres tout alliage à double arbre à cames en tête, mais l'ancien bloc 3 litres, conçu par W. O. Bentley, avait été remplacé par un nouveau, signé Tadek Marek. Éprouvé en compétition, avant de trouver place sous le capot de la DB 4, le nouveau moteur de 3,670 cm3 était du type « carré », ses dimensions d'alésage-course étant de 92 par 92 mm, et il développait sa puissance maximale de 240 ch à 5,500 tr/min. La boîte de vitesse David Brown était une nouvelle boîte à quatre rapports, tous synchronisés.

Le type de construction de la carrosserie Superleggera de Touring, qui faisait appel à une structure tubulaire légère, sur laquelle reposaient les panneaux de carrosserie en alliage d'aluminium, était incompatible avec le châssis multi-tubulaire de la DB 2/4, aussi l'ingénieur Harold Beach avait-il du élaborer un nouveau châssis très rigide de type plate-forme. On avait repris la suspension avant à roues indépendantes, les bras triangulés de la DB 2/4 offrant deux triangles inégaux, tandis qu'à l'arrière, la DB 4 avait recours à un essieu rigide avec parallélogramme de Watt à la place de la barre Panhard de sa devancière. Cinq séries de DB 4 se succédèrent au cours de l'évolution graduelle du modèle vers la DB 5. Les typiques phares carénés de la DB 5 étaient apparus sur la DB 4 GT et la DB 5 reprenait les dimensionsde la dernière DB 4, la série V. Le moteur 3 995 cm3 de la DB 5, inauguré par la Lagonda Rapide, développait 282 ch et était associé à un boîte à quatre rapports avec overdrive, une « vraie » boîte à cinq rapports ZF étant montée en série par la suite. Les autres améliorations concernaient l'adoption d'un alternateur, des freins à disque Girling à la place des Dunlop, des vitrages Sundym, des vitres électriques et un témoin de pression d'huile, montés en série. La DB 5 était également proposée en version cabriolet (le nom de Volante ne sera appliqué aux cabriolets Aston Martin qu'à partir de la DB 6), tandis que le carrossier indépendant Harold Radford proposait une transformation en shooting brake. 1 021 DB 5 furent construites entre juillet 1963 et septembre 1965, un total qui comptait seulement 123 cabriolets et 12 shooting brake. Sur les 123 cabriolets, seuls 39 quittèrent l'usine avec la conduite à gauche, faisant de celle qui est proposée ici un modèle particulièrement rare.

Livrées aux États-Unis, DB5/C/1920/L a été achetée neuve par Charline Breeden, héritière de la fortune Boettcher, amassée par Charles Boettcher dans les industries de la quincaillerie, du sucre, du ciment et du rail au Colorado, à la fin du XIXe siècle. Le bon de commande, vendu avec la voiture, spécifie que celle-ci était vert Goodwood avec intérieur en cuir Connolly beige et énumère des équipements non de série, comme l'air conditionné Normalair, la radio Bosch Köln, le couvre-tonneau Everflex fauve, les roues fils chromées et les écrous de fixation à trois oreilles. Un seul autre propriétaire est mentionné, Donald J. Sceats, un médecin de Pueblo, dans le Colorado. Il est fait mention de « sa lettre du 6 novembre (transmise à M. Swallow le 22 novembre 1968) qui assure que cette voiture a été entièrement restaurée par Dan Morgan de Pueblo, dans le Colorado ».La documentation au dossier indique qu'il y a eu plusieurs propriétaires entre Mrs Breeden et le Dr Sceats. Peu après son acquisition par le Dr Sceats, l'Aston a connu des problèmes mécaniques et a été retirée de la circulation. Plusieurs années plus tard, en 1989, cette mise à l'écart parvint aux oreilles de Stephen Bell de Classic Investments Inc., mais ce ne fut pas avant 2007 qu'il put enfin acheter la voiture à son propriétaire de longue date. M. Bell entreprit alors une bienveillanterestauration, préservant l'authenticité de la DB 5, et la revendit à M. Tom Price, un collectionneur d'Aston Martin Californien. Au cours de la restauration, le moteur d'origine a été refait et la carrosserie restaurée,mais l'intérieur et la capote n'ont pas été touchés. La finition a été assurée par le grand spécialiste de la marque Kevin Kay Restorations, et porte sur la restauration des réservoirs d'essence, le remplacement des arrivées d'essence, une nouvelle tête d'allumeur, un nouveau câbled'allumage, la réfection des carburateurs, une nouvelle pompe à essence SU, la restauration de l'intérieur du capot, un nouvel échappement inoxydable, une remise à neuf du compartiment moteur, de nouveau caoutchouc d'étanchéité, différents petits travaux électriques, pour un total de 21 000 dollars. Un nouvel embrayage a été installé en 2011. Depuis la restauration, la voiture,élément d'une prestigieuse collection comprenant une Ferrari 250 GTO, une Aston Martin DB 4 GT Zagato et une Jaguar Type C,a été parfaitement entretenue. L'actuel propriétaire a acquis l'Aston Martin en avril 2014.

Aujourd'hui, la voiture est en excellente état, n'ayant parcouru que 23 000 miles (37 000 km) d'origine. La peinture,appliquéeavec un professionnalisme de haut niveau, a bien résisté, montrant peu de trace d'usure ou de vieillissement, tandis que la carrosserie est saine etconserve un excellent ajustage de ses panneaux. On devine une fissure de contrainte au coin inférieur gauche de la découpe du coffre, une retouche de peinture à la jonction entre le capot et l'entrée d'air et quelques autres défauts mineurs. Les chromes sont en bon état général, de même que les vitres et les phares, bien que l'on remarque deux zones de léger fendillement sur le carénage de phare droit. Rénové avec une nouvelle lunette, des joints et un ciel intérieurneufs, la capote d'origine du cabriolet est en excellent état. La voiture repose sur ses roues Borrani restaurées et chaussées de pneus Dunlop.

L'intérieur affiche une belle patine, avec un cuir fauve joliment fripé et quelques craquelures au siège conducteur, tandis que l'on remarque quelques irrégularités dans le cuir, au sommet du bloc d'instruments du tableau de bord. Les moquettes sont en très bon état et le tableau de bord lui-même est en parfait état avec des instruments, des boutons et des commandes superbes .Une radio Blaupunkt d'époque a été installée et le volant à jante en bois est parfait. Restauré avec une exigence de très haut niveau et très propre, le compartiment moteur est particulièrement fouillé dans le respect de l'origine, s'enorgueillissant d'un câblage d'allumage et d'un bocal de lave-glace Lucas conformes à ceux d'origine. Le coffre arbore une moquette très acceptable, probablement d'origine, et se présente lui aussi sous son meilleur jour.

D'une élégance suprême et particulièrement séduisant, ce rare cabriolet DB 5 à numéros concordants représente une occasion inespérée pour le collectionneur averti qui désire ajouter cette sportive britannique emblématique à son écurie. Il est vendu avec sa trousse à outils et son cric, ainsi que la copie du bon de commande, différentes factures de restauration, des photographies de la restauration (copies), un contrat de vente (avril 2014) et un titre de propriété de l'état de Californie, mentionnés plus haut.


One of the 39 examples produced in left hand drive
1965 Aston Martin DB5 Convertible
Chassis no. DB5/C/1920/L
Engine no. 400/2057

'More and more cars today reach the magical "ton" but those which can do it with the same ease and rapidity of the Aston can be counted on the fingers of one hand. High-speed stability and safety is not cheap to engineer, and with few people to pay the price, production costs are never reduced by the quantity of the work. The DB5 therefore fills a unique corner of the market, a corner at the top end both in the way it performs and the price one pays for the privilege.' – Autocar, 18th September 1964.

Introduced in 1963, the DB5 was a development of the preceding DB4 that had represented such a giant step forward in Aston Martin's post-war evolution on its arrival in 1958. Classically proportioned, the Touring-designed body established an instantly recognisable look that would stand the marque in good stead until 1970. The DB4's engine was still an all-alloy twin-overhead-camshaft 'six' but the old W O Bentley-designed 3.0-litre unit had been superseded by a new design by TadekMarek. Proven in racing before it entered production in the DB4, the new 3,670cc engine featured 'square' bore and stroke dimensions of 92x92mm and developed its maximum power of 240bhp at 5,500rpm. The David Brown gearbox was a new four-speed all-synchromesh unit.

Touring's Superleggera body construction, which employed a lightweight tubular structure to support the aluminium-alloy body panels, was deemed incompatible with the DB2/4-type multi-tubular spaceframe, so engineer Harold Beach drew up an immensely-strong platform-type chassis. Independent front suspension was retained, the DB2/4's trailing links giving way to unequal-length wishbones, while at the rear the DB4 sported a live axle located by a Watts linkage instead of its predecessor's Panhard rod. Five series were built as the model gradually metamorphosed into the DB5. The latter's distinctive cowled headlamps had first appeared on the DB4GT and the newcomer was the same size as the lengthened Series V DB4. The DB5's 3,995cc engine, first seen in the Lagonda Rapide, produced 282bhp and was mated to a four-speed, overdrive-equipped gearbox, a 'proper' ZF five-speed unit being standardised later. Other improvements included alternator electrics, Girling disc brakes instead of Dunlops, Sundym glass, electric windows and an oil pressure gauge as standard equipment. The DB5 was also offered in convertible form (the 'Volante' name would not be applied to the soft-top Aston until the DB6's arrival) while independent coachbuilder Harold Radford offered a shooting brake conversion. 1,021 DB5s were manufactured between July 1963 and September 1965, a total that included a mere 123 convertibles and 12 shooting brakes. Of the convertibles, only 39 left the factory in left-hand drive configuration, making that offered here an exceedingly rare car.

Delivered new to the USA, 'DB5/C/1920/L' was purchased new by Charline Breeden, heiress to the Boettcher fortune amassed by Charles Boettcher in the hardware, sugar, cement and railroad industries in Colorado during the late 19th Century. The accompanying copy order form states that the car was originally finished in Goodwood Green with beige Connolly hide interior, and lists Normalair air conditioning, a Bosch Koln radio, tan Everflex tonneau cover, chromed wire wheels and 3-ear hubcaps as factory fitted non-standard equipment. Only one additional owner is listed: Donald J Sceats, MD of Pueblo, Colorado. Reference is made to his 'letter of November 6th (passed to Mr Swallow on November 22nd 1968) stating that this car has been completely rebuilt by Dan Morgan of Pueblo, Colorado.' Additional documentation on file indicates that there had been a handful of owners – including dealers – between Ms Breeden and Dr Sceats.

Soon after its acquisition by Dr Sceats, the Aston developed engine trouble and was taken off the road. Many years later, in 1989, its whereabouts became known to Stephen Bell of Classic Investments Inc, but it would be 2007 before he managed to buy the car from its long-term owner. Mr Bell carried out a sympathetic restoration, maintaining the DB5's originality, and then sold it to Mr Tom Price, an Aston Martin collector from California. During restoration the original engine was rebuilt and the exterior cosmetically restored, while the original interior and top were left un-restored. Finishing work was undertaken by highly regarded marque specialists Kevin Kay Restorations, including restoration of the fuel tanks, new fuel senders, new distributor cap, new ignition leads, rebuilt carburetors, new SU fuel pump, restoration of the bonnet underside, new stainless steel exhaust system, engine compartment detailing, new weather stripping, miscellaneous electrical works, etc at a total cost of approximately $21,000. A new clutch was fitted in 2011. Since restoration the car has been properly maintained as part of a prestigious collection that includes a Ferrari 250 GTO, Aston Martin DB4 GT Zagato and Jaguar C-Type. from where the current owner purchased the Aston.

Today, the car is in generally excellent order, having covered only some 23,000 miles from new. Applied to very high standards, the paintwork is holding up well, with few signs of wear or ageing, while the body is straight and displays excellent panel fit. There is a stress crack at the bottom left corner of the boot aperture, some bridging of the paint at the crease between the bonnet and the bonnet scoop, and a few other minor blemishes. The chrome is in generally excellent condition, as is the glass and lamps, though there are two areas of light crazing in the right headlight cover. Refurbished with a new rear window, seals and headlining, the original convertible top is in excellent condition. The car sits on its restored Borrani wire wheels, which are shod with Dunlop tyres.

The interior has a delightful patina, with some creasing to the original tan hides and some cracks to the driver's seat, while there is some unevenness to the leather on top of the dashboard instrument binnacle. The carpets are in very good condition and the dashboard itself is excellent, with superb instruments, switches and controls. A period Blaupunkt radio is fitted and the wood-rimmed steering wheel is excellent. Restored to high standards and very clean, the engine bay is nicely detailed and presents correctly, boasting correct ignition leads and glass Lucas windscreen washer reservoir. The boot has decent carpeting, possibly original, and is correctly presented too.
Supremely elegant and highly desirable, this rare, matching numbers DB5 Convertible represents a wonderful opportunity for the discerning collector to add this iconic British sports car to his or her stable. It comes complete with tools and jack, and is offered with the aforementioned copy order form, sundry restoration invoices, (copy) restoration photographs, sales agreement (April 2014) and State of California Certificate of Title. A possible once in a life time opportunity for the discerning collector.
Activities
Auction information

This auction is now finished. If you are interested in consigning in future auctions, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this auction, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

Buyer's Premium Rates

Motor Cars and Motorcycles
15% on the Hammer Price

Automobilia
25% up to the first €50,000 of the Hammer Price
20% from €50,001 to €1,000,000 of the Hammer Price
12% on the balance thereafter

TVA at the current rate of 20% will be added to the Buyer's Premium

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licences please contact Bonhams Shipping Department.

Lot symbols
* Import low rate
Contacts
  1. Motor Cars (Europe)
    Auction administration - Motor Cars
    Bonhams
    Work
    Work +33 1 42 61 10 11
    FaxFax: +33 1 42 61 10 15
  2. Philip Kantor
    Specialist - Motor Cars
    Bonhams
    Work
    Boulevard Saint-Michel 101
    Brussels, Belgium 1040
    Work +33 1 42 61 10 11
    FaxFax: +33 1 42 61 10 15
Similar Items