1929 Packard Touring, Chassis no. 265757
Lot 531
Propriété de la même famille depuis son origine,1929 Packard Standard Eight modèle 633 Phaëton cinq places Chassis no. 265757 Engine no. 266631
Sold for €20,700 (US$ 28,648) inc. premium
Lot Details
Propriété de la même famille depuis son origine
1929 Packard Standard Eight modèle 633 Phaëton cinq places
Chassis no. 265757
Engine no. 266631
Toujours construites avec une extrême rigueur, les Packard était incontestablement parmi les plus prestigieuses américaines d'avant-guerre. Présentée en 1924, la première Packard 8 cylindres – la Single Eight – était aussi la première avec des freins aux quatre roues. Le moteur 8 cylindres en ligne à soupapes latérales et vilebrequin à neuf paliers tirait 85 ch de ses 5,9 litres et la gamme comprenait à l'origine dix modèles sur deux empattements. Avec l'apparition de modèles carrossés à l'unité en 1926, la gamme Eight s'accrut de façon exponentielle. « Les créations originales de maître designers » comme disait le catalogue Packard, étaient carrossées par Derham, Dietrich, Fleetwood, Holbrook et Judkins, entre autres.

La lubrification Bijur du châssis et le train hypoïde étaient apparus sur la Eight en 1927, quand le moteur avait été réalésé à 6, 3 litres. La puissance était alors passée à 105 ch, suffisante pour emmener la peu légère Eight à une vitesse maximale de 128 km/h. À partir de 1929, Packard ne construisit plus que des 8 cylindres et adopta les ornements chromés, les phares paraboliques et un manomètre de température d'eau au tableau de bord à la place du Motometer précédent. Également nouveau, le modèle de base de Packard, la Standard Eight de 5, 2 litres et 90 ch, les moteurs plus puissants continuant d'animer les Custom et Deluxe Eight.

La Standard Eight était construite sur deux empattements, 3, 20 m et 3, 39 m, avec trois types de carrosseries proposés sur le premier et sept sur le second. Les prix allaient de 2 285 $ à 2 785 $.

Comme le confirme la plaque d'identité de la voiture, la Packard fut livrée par le concessionnaire de la marque à Chicago et l'on sait que le père de Charles H. Brown en était le premier propriétaire. Il en prit donc livraison le 14 septembre de cette année-là. À en juger par l'aspect de la voiture aujourd'hui, il apparaît qu'elle n'a jamais été restaurée et que la peinture qu'elle arbore est d'origine. Le noir associé au rouge qui souligne la moulure centrale était une harmonie populaire à l'époque, et sur cette voiture-ci le rouge est repris sur les roues, formant une agréable combinaison. La roue de secours unique montée à l'arrière évite de gâcher le profil de la voiture et la ligne fluide laisse admirer sans rupture du radiateur à l'arrière, une esthétique admirable. Les accessoires incluent des phares C. M. Hall et un phare de recherche monté sur le pare-brise, tandis que le tableau de bord offre un jeu d'instruments très complet.

La voiture porte une plaque américaine de 1952, ce qui semble indiquer que ce fut sa dernière immatriculation d'usage, alors que des écussons de l'Antique Automobile Club of America et du Sports Car Club of America ornent la plaque d'immatriculation avant, confirmant son apparition à des réunions de club, il y a bien longtemps. On pense qu'elle a été importée au Royaume-Uni pour rejoindre la collection de Charles H. Brown au début des années 1990.

Compte tenu de l'attraction de ce type de carrosserie par rapport à des conduites intérieures ou des voitures plus statutaires, les phaëtons sont souvent l'objet d'échanges et il est rare d'en trouver un dans sa configuration originale. Si vous y ajoutez le propriétaire unique et l'état d'origine exceptionnel cela en fait un exemplaire absolument remarquable, qui sera sûrement accueilli avec plaisir dans la catégorie « état d'origine » dans le monde entier.

Remarque : Bien que M. Brown ait expédié la voiture au Royaume-Uni en 1990 à titre privé, il n'y a pas de preuve qu'elle ait été enregistrée pour circuler en Europe, démarche qui devra être fait par l'acheteur, Bonhams pouvant fournir une assistance si nécessaire.

In the same family ownership from new
1929 Packard Standard Eight Model 633 Five Passenger Phaeton
Chassis No. 265757
Engine No. 266631

Always built to the highest standards, the Packard was unquestionably one of the finest American cars of the pre-war era. Introduced in 1924, Packard's first eight-cylinder car - the Single Eight - was also the company's first to employ four-wheel brakes. The nine-bearing sidevalve straight-eight engine developed 85bhp from 5.9 litres, and the line-up initially comprised ten models on two wheelbase lengths. With the introduction of custom models in 1926 the Eight range increased dramatically. 'Original Creations by Master Designers' according to Packard, the custom offerings were bodied by Derham, Dietrich, Fleetwood, Holbrook and Judkins among others.

Bijur chassis lubrication and hypoid final drive gears had arrived on the Eight by 1927, at which time the engine was enlarged to 6.3 litres. By now maximum power had risen to 105bhp, an output sufficient to propel the far from lightweight Eight to a top speed of 80mph. 1929 saw Packard building eight-cylinder cars only and marked the introduction of chrome-plated brightwork, parabolic headlamps and a dashboard-mounted water temperature gauge in place of the preceding Motometer. Also new was the base-model 319.2ci (5.2-litre) 90bhp Standard Eight, the larger engine continuing to power the Custom and Deluxe Eights.

The Standard Eight was built in alternative wheelbase lengths of 126.5" (626) and 133.5" (633) with three body styles available of the former and seven on the latter. Prices ranged from $2,285 to $2,785.

As confirmed by the car's identity plate, the Packard was originally supplied through the Chicago distributor for the brand and it is understood that Charles H. Brown's father was the original owner. If so, he took delivery on 14th September that year. To judge from the car's condition today, it appears that the Packard was never restored and that the paint scheme that it sports was the original. The black with red accents highlighted the central body moulding and was a popular choice in its day, on this particular car the red is continued onto the wheels, making for an attractive combination. A single rear mounted spare ensures that the handsome profile of the car and swage line is fully visible without distractions from radiator through to the tail, a particularly pleasing aesthetic. Accessories include C.M. Hall headlamps, and a windscreen mounted spotlamp, while dashboard retains its full complement of instruments.

The car wears a U.S. historic automobile plate from 1952, suggesting that this was the last time that it was in regular use, while Antique Automobile Club of America and Sports Car Club of America 'toppers' adorn the front license plate and allude to it being used in some car club events, albeit a long time ago. It is believed to have been brought to the U.K. to share the stable of Charles H. Brown in the early 1990s.

Owing to the desirability of this body style over closed or more formal cars, the Phaetons are frequently the subject of a body switch, so it is rare to find one in its original configuration. If you then take the single ownership and the unspoilt condition into consideration, this adds up to a quite remarkable example, which would surely be a welcome sight in preservation classes around the world.

Footnote: Although shipped to the U.K. as a personal import, there is no evidence that it was ever re-registered for the British or European roads, which will need to be accomplished by the buyer, Bonhams can assist with this aspect if necessary.
Activities
Contacts
  1. Paris
    Auction Administration - Motor Cars
    Bonhams
    Work
    Work +33 1 42 61 10 10
  2. Philip Kantor
    Specialist - Motor Cars
    Bonhams
    Work
    Boulevard Saint-Michel 101
    Brussels, 1040
    Belgium
    Work +32 476 879 471