1967 Lamborghini 400GT 2 2 Coupé  Chassis no. 0793 Engine no. 0767
Lot 28
1967 Lamborghini 400GT 2+2 Coupé Chassis no. 0793 Engine no. 0767
Sold for €194,500 (US$ 268,740) inc. premium
Auction Details
1967 Lamborghini 400GT 2 2 Coupé  Chassis no. 0793 Engine no. 0767 1967 Lamborghini 400GT 2 2 Coupé  Chassis no. 0793 Engine no. 0767 1967 Lamborghini 400GT 2 2 Coupé  Chassis no. 0793 Engine no. 0767 1967 Lamborghini 400GT 2 2 Coupé  Chassis no. 0793 Engine no. 0767
Lot Details
1967 Lamborghini 400GT 2+2 Coupé
Coachwork by Carrozzeria Touring

Chassis no. 0793
Engine no. 0767
It is the stuff of legend that Ferrari-owning industrialist Ferruccio Lamborghini only turned to automobile manufacture as a result of receiving off-hand treatment at Maranello, vowing to build a better car. A successful manufacturer of tractors and related machinery, Lamborghini possessed the resources to realise his dream without having to compromise.
Lamborghini's first production car, the Touring-styled 350GT, debuted at the 1964 Geneva Motor Show. The work of two of Italy's most illustrious automobile designers, the 350GT featured a glorious 3.5-litre, four-cam V12 designed by Giotto Bizzarrini, housed in a chassis penned by Gianpaolo Dallara. The 350GT's four camshafts and all-independent suspension meant that it upstaged the best that Ferrari offered at the time; but to compete with his Maranello rival's larger models, Lamborghini needed a four-seater, and the 400GT 2+2 duly appeared in 1966. A development of the 350GT, the newcomer used an enlarged - to 3,929cc - V12. This 4-litre unit had first appeared in 1965, finding its way into a handful of late 350GTs, this interim model being known as the 400GT. The 400GT's claimed maximum power was 320bhp - up from the 350GT's 270 - an output sufficient to make the former a 150mph-plus car.
Despite its novice status as an automobile manufacturer, Lamborghini soon dispelled any lingering doubts about its ability to compete with the world's best Grand Tourers. Reviewing the 400GT in its 2+2 form in 1967, Autocar magazine voted it 'better than all the equivalent exotic and home-bred machinery in this glamorous corner of the fast-car market.' The relaxed manner of its long-legged performance was reckoned the finest quality of the Lamborghini, its V12 engine being judged to have the broadest range of smooth torque the testers had experienced. Autocar concluded: 'To achieve this level of performance without noise, fuss, temperament or drama is an achievement; in the time taken for development, it is nothing short of sensational.'
One of only 247 units built between 1966 and 1968, this matching numbers example was sold new in the UK and first registered 'NEG 67E', its original owner being a Mr John Henry Pinder, of London. In 1995 the car was acquired by the last owner, Mr Joost de Graaff, who owned an important collection of exclusive, classic motor cars. While the Lamborghini was in Mr de Graaff's care the engine was completely restored using all new components by Badsaddle Stables Ltd in Apethorpe, Cambridgeshire, UK, while the carburettors and distributors were overhauled by Lorenzini Autosports in Lisbon, Portugal. Attending to the brakes and other works were undertaken by Mr de Graaff's personal motor engineer, who maintained his cars in an exemplary manner.
Over the course of the past 20 years '0793' has been driven approximately 12,000 kilometres and is described as in 'perfect' condition. We are advised that the smoke-free engine maintains regulation oil pressure and runs perfectly, while the transmission and brakes are said to be in similarly excellent condition. All panel gaps are 'good as new' and the door fit is superb for a 400GT. The paint, brightwork, rubbers are all in wonderful condition, and the leather, carpets and interior generally very good. New Michelin tyres were fitted to the restored Borrani wire wheels earlier this year. This exceptionally well cared-for early Lamborghini is offered with its original UK registration document in the name of John Henry Pinder, Netherlands registration papers, and a five-page article on this actual car published in Classic & Sports Car magazine (July 1996).

La légende veut que l'industriel Ferruccio Lamborghini, propriétaire d'une Ferrari, soit devenu constructeur d'automobiles après avoir été éconduit à Maranello quand il avait demandé une meilleure voiture. Constructeur prospère de tracteurs et de matériel agricole, Lamborghini avait les ressources nécessaires à la réalisation de son rêve sans être obligé d'accepter des compromis.

Le premier type de production de Lamborghini, la 350 GT dessinée par Touring, fut dévoilé au Salon de Genève 1964. Œuvre de deux des plus compétents concepteurs automobiles italiens, la 350 GT se distinguait par un prestigieux moteur V12 à 4 ACT de 3,5 litres dessiné par Giotto Bizzarrini, installé dans un châssis étudié par Gianpaolo Dallara. Les 4 arbres à cames et les quatre roues indépendantes signifiaient que la 350 GT dépassait ce que Ferrari proposait de mieux à l'époque, mais pour concurrencer les modèles les plus vastes de son rival, Lamborghini devait offrir une quatre-places et la 400 GT 2+2 apparut en 1966. Développement de la 350 GT, la nouvelle Lamborghini bénéficiait d'un moteur V12 porté à 3 929 cm3. Ce quatre-litres avait fait son apparition dès 1965 en équipant une poignée de 350 GT. Ce type intérimaire appelé 400 GT revendiquait une puissance maximale de 320 ch – contre 270 sur la 350 GT – garantissant une vitesse de pointe supérieure à 240 km/h.

En dépit de son statut de constructeur débutant, Lamborghini ne tarda pas à éliminer les derniers doutes sur sa capacité de concurrencer les meilleures grand tourisme du monde. Commentant la 400 GT version 2+2 en 1967, le magazine Autocar la jugea « meilleure que toutes ses homologues étrangères ou de ce pays dans le domaine si attirant des automobiles rapides. » La première qualité attribuée à la Lamborghini était la grande facilité avec laquelle elle déployait ses performances, le moteur V12 étant jugé comme étant le plus souple jamais expérimenté par les essayeurs. Autocar concluait : « Atteindre ce niveau de performance sans bruit, sans effort, sans problème ni anxiété est une réussite. Compte tenu de la durée de son développement, c'est absolument sensationnel. »

Cet exemplaire « matching numbers », une des 247 voitures produites de 1966 à 1968, fut vendu neuf au Royaume-Uni à M. John Henry Pinder de Londres et immatriculé « NEG 67 E ». En 1995, la voiture fut achetée par le dernier propriétaire, M. Joost de Graaff, qui possédait une importante collection d'automobiles classiques et exclusives. Aux mains de M. de Graaff, le moteur fut totalement restauré à partir de pièces neuves par Badsaddle Stables Ltd d'Apethorpe, Cambridgeshire, Angleterre, tandis que les carburateurs et allumeurs étaient révisés par Lorenzini Autosports à Lisbonne, au Portugal. La réfection des freins et autres travaux furent entrepris par le mécanicien personnel de M. de Graaff qui assurait l'entretien exemplaire de la voiture.

Au cours des vingt dernières années, « 0793 » a parcouru environ 12 000 km. La voiture est décrite comme étant en « parfait état ». Nous savons que le moteur qui n'émet aucune fumée affiche une pression d'huile constante et tourne comme une horloge, tandis que la boîte de vitesses et les freins se présentent dans le même état d'excellence. Tous les écarts de jonction des ouvrants sont « comme neufs » et le réglage des portes est impeccable pour une 400 GT. La peinture, les chromes, les caoutchoucs sont en excellent état et les cuirs, les moquettes et les garnitures intérieures généralement en très bonne condition. Des pneus Michelin neufs chaussent les roues « fil » Borrani restaurées au début de cette année. Cette classique Lamborghini exceptionnellement bien suivie est offerte sous son immatriculation originale au Royaume-Uni au nom de John Henry Pinder, avec ses papiers d'immatriculation aux Pays-Bas et un article de cinq pages qui la présente publié dans le magazine Classic & Sports Car de juillet 1996.

Activities