1934 Bugatti Type 57 Ventoux,
Lot 110
Coming from the Private Collection of Jean-Michel Cérède,1934 Bugatti Type 57 Ventoux Coach Chassis no. 57319
Sold for €166,750 (US$ 216,041) inc. premium

Lot Details
1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux, 1934 Bugatti Type 57 Ventoux,
Coming from the Private Collection of Jean-Michel Cérède
1934 Bugatti Type 57 Ventoux Coach
Chassis no. 57319
Les Bugatti Type 57 ont été construites de 1934 à 1939 en 970 exemplaires, tous modèles confondus. Elles doivent être considérées comme des voitures de « grand tourisme » la plus appréciée et diffusée des Bugatti durant la moitié des années trente, sachant qu’en sont dérivés des modèles « compétition » qui s’illustrèrent en courses, notamment aux « 24 heures du Mans » 1937 et 1939.
Le moteur est un 8 cylindres en ligne, soupapes en tête commandées par deux arbres à cames en tête, ce qui est une première chez Bugatti. Sa cylindrée est de 3000 cm3, alésage course de 72 x 100 mm et il développe 110 cv à 3500 tr/mn. La boite de vitesse est à 4 rapports, les freins sont à tambours, mais remarquablement efficaces. La direction, à boitier, est à droite comme toutes les voitures sportives de l’époque, et bien que peu démultipliée elle est d’une précision remarquable donnant un grand agrément de conduite.
L’exemplaire présenté, n°57.319 a été acquis par son actuel propriétaire en janvier 1966 par l’intermédiaire de Claude martin, négociant et fils de « l’Ours Martin » pilote et champion sur Amilcar avant la guerre. Un certain nombre de travaux de mise au point ont alors été effectués, et en 1968 il a été procédé à un échange du moteur : celui qui se trouvait sur la voiture accusait une importante consommation d’huile. Un moteur refait à neuf par Hauswald mécanicien concessionnaire Bugatti à Levallois a été fourni et monté par Jacques Dumontant à Limoges. Ce moteur est réputé être le dernier moteur entièrement refait par Hauswald avant qu’il cesse ses activités. Lors du montage il a été muni d’une pipe d’admission de Type 101 et d’un carburateur Weber double corps inversé fournis par l’Usine Bugatti.
La carrosserie est du modèle d’usine, dit « Ventoux’ (bien que réalisé par Gangloff à Colmar). Elle est en tôle d’acier sur charpente bois, sauf le capot aluminium. Elle a fait alors l’objet d’une nouvelle peinture. La sellerie en cuir d’origine a été conservée malgré qu’elle accuse la patine et la fatigue du temps. Le pavillon est également d’origine, seules les moquettes ont été refaites. Un porte-bouquet et un cendrier d’époque décorent l’habitacle.
Lors de l’échange du moteur le compteur a été remis à zéro. Il indique maintenant environ 40 000km. Ceux-ci ont été principalement utilisés pour la participation à de nombreux Rallyes Bugatti : à Wiesbaden par le Club Allemand en 1967, à Maastricht par le Club Bugatti Hollandais. En 1983 la voiture participait au Rallye Paris –Bordeaux organisé par l’Automobile Club de France.
On a pu la voir exposée au Musée de la Colline à la Défense, puis durant différents salons Rétromobile, et en tant que propriété des organisateurs elle a été présente à presque toutes les éditions de « Bugatti à Montlhéry » de 1985 à 2002. Et, dernièrement elle a passé l’hiver 2007 au Mercedes-Benz Center à Rueil Malmaison.
Parmi tous les rallyes effectués, il faut citer, pilotée par l’épouse du propriétaire la manifestation « 100 Bugatti à Deauville » en 1978 : une véritable course disputée entre (presque) cent Bugatti sur un circuit rectangulaire devant le Casino, l’Hotel Normandie d’un coté, la mer et les Planches de l’autre.
Le même pilote a eu le privilège de participer avec cette Bugatti à un concours d’élégance au Touquet, présenté par Léon Zitrone : tout c’était bien passé, sauf que Léon semblait être moins intéressé par les chevaux –vapeur que par les autres.

Le plus long voyage effectué avec cette voiture a été en 1998 le Rallye de Molsheim à Campo Galliano organisé par la Famille Artioli, constructeurs éphémères de la nouvelle Bugatti EB.110. Il s’agissait de transporter symboliquement la flamme de la forge de l’usine de Molsheim via la Forêt Noire, le Lichenstein, La Suisse, l’Italie du Nord jusqu’à la forge de la nouvelle usine de Campo Galliano – toute voisine de Modène. Cette magnifique randonnée se terminant à Milan, il restait à revenir à Paris, ce qui fût fait en deux jours, via le tunnel du Mont-Blanc, sans que durant tout ce périple on ait eu une seule fois à « ouvrir les capots »
En effet, tout au long des 40 000kms parcourus, seuls des travaux de maintenance ont été effectués, sans que des réparations plus importantes soient nécessaires – sauf une réparation de la couronne du pont arrière, et plus récemment une révision de la dynamo et du régulateur.
Cette élégante Bugatti 57, habillée d’un coupé Ventoux des premiers modèles, particulièrement réussi est propre à donner à son futur acquéreur tous les plaisirs que l’on est en droit d’attendre d’une telle voiture : puissance du moteur, précision de conduite, tenue de route – et même freinage très satisfaisant pour l’époque, bien que Jean Bugatti ait déclaré « les autos que fabrique mon Père sont faites pour rouler, pas pour s’arrêter ».


‘The car sped along at 80mph with the comfort and quietness one associates with the Type 57... We were quite willing to believe that Jean Bugatti has achieved the 435 kilometres to Paris in just under 1½ hours in the Type 57 - an average of 77mph...’ - Motor Sport, May 1939.

By the early 1930s Ettore Bugatti had established an unrivalled reputation for building cars with outstanding performance on road or track; the world's greatest racing drivers enjoying countless successes aboard the Molsheim factory's products and often choosing them for their everyday transport. Because of its lengthy run of success, Ettore Bugatti remained stubbornly committed to his single-cam engine, only adopting the more advanced double-overhead-camshaft method of valve actuation, after much prompting by his eldest son Jean, on the Type 50 of 1930. From then on Jean Bugatti took greater responsibility for design, his first car being the exquisite Type 55 roadster, a model ranking among the finest sportscars of the 1930s. He followed that with a design of equal stature, the Type 57. A larger car than the Type 55, the Type 57 was powered by a 3.3-litre, double-overhead-camshaft straight eight of modern design housed in Bugatti's familiar vintage-style chassis. The range showed the strong influence of Jean Bugatti and at last gave the marque a civilised grande routière to match those of rivals Delage and Delahaye.

The Type 57 attracted coachwork of the finest quality executed in a startling variety of styles but was no mere rich man's plaything, as evidenced by two outright wins at Le Mans. Proof, if it were needed, that ancestral virtues had not been abandoned when creating a car fit to rank alongside Rolls-Royce or Bentley. Its success is revealed by the production figures: some 680 examples of all Type 57 models were produced between 1934 and 1940, and the post-war Type 101 was based its chassis.

However, although many Type 57s were fitted with bespoke bodies, the most popular coachwork was built to Jean Bugatti's designs by the marque's preferred carrossier, Gangloff of Colmar, just a few miles from the Bugatti works at Molsheim.

The Type 57 in all its forms attracted discerning owners who were only satisfied with the best, among them speed king Sir Malcolm Campbell, himself the owner of a Type 57, who wrote: ‘If I was asked to give my opinion as to the best all-round super-sports car which is available on the market today, I should, without any hesitation whatever, say it was the 3.3 Bugatti... it cannot fail to attract the connoisseur or those who know how to handle the thoroughbred. It is a car in a class by itself.’

This Bugatti Type 57, chassis number 57319’, was purchased in 1966 by the current owner from Claude Martin, since when it has been registered in France ‘1313 SJ 75’. In 1967, spare parts for the rear axle were bought from the factory and fitted on the car by a Monsieur Vergt while the following year a replacement engine, found in Marseilles by Jacques Dumontant and rebuilt by Bugatti specialist Hauswald (Levallois Perret) was installed. The bodywork was restored and repainted in 1982 by Gervais, and the interior re-carpeted by the same specialist in 1985.

Jean-Michel Cérède has completed numerous rallies with his Type 57: Paris-Deauville many times, Wiesbaden in 1967, 100 Bugatti à Deauville in 1978, several Paris-Bordeaux, etc. The car remains in good original condition, retaining its original leather upholstery, and will come with its French Carte Grise recording the correct chassis number. In short: this is a highly original Type 57 possessing a wonderful quality of patina that is rarely encountered these days. It is worthy of the closest inspection.


Auction information

This sale is now finished. If you are interested in consigning in future sales, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this sale, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

For all Sales categories excluding Wine, Coins & Medals and Motor Cars and Motorcycles:

Buyer's Premium Rates
25% on the first €50,000 of the Hammer Price
20% from €50,001 to €1,000,000 the Hammer Price
12% on the excess over €1,000,000 of the Hammer Price

TVA at the current rate of 20% will be added to the Buyer's Premium and charges.

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licences please contact Bonhams Shipping Department.

Similar Items