1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512
Lot 170
1960 Mercedes 300SL Roadster 198-042-10-002512
Sold for €337,500 (US$ 425,351) inc. premium

Lot Details
1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512 1960 Mercedes  300SL Roadster 198-042-10-002512
1960 Mercedes 300SL Roadster
Chassis no. 198-042-10-002512
Engine no. 198-980-10-002563
Colour: Silver Metallic with beige interior

Cylinders: 6; 2,996cc
Gears: 4 + reverse
Power: 215bhp
Produced: 1957-1963 (Roadster)
Production: 1,858 (Roadster)

Created to spearhead Mercedes-Benz’s return to competition in the post-war era, the 300SL debuted in the 1952 Mille Miglia, finishing 2nd and 4th overall. Wins in the Carrera Pan-Americana and at Le Mans followed, and the 300SL was on its way to becoming part of motor sporting legend. The first racers were open-topped, but before the ’52 season’s end the distinctive gull-wing doored Coupé had appeared. Unusually high sills were a feature of the multi-tubular spaceframe chassis, and while access was not a problem of the open car, the adoption of coupé bodywork required innovative thinking - hence the gull-wing doors.
Launched in 1954, the production 300SL retained the spaceframe chassis of the racer and was powered by a 2,996cc, overhead-camshaft, inline six canted at 45 degrees to achieve a lower, more aerodynamic bonnet line. Using innovative direct fuel injection, this state-of-the-art power unit produced 215bhp at 5,800rpm. A four-speed gearbox transmitted power to the hypoid bevel rear axle. Suspension was independent all round by wishbones and coil springs at the front, with swing axles and coil springs at the rear. Tested by Road & Track magazine in 1955, the 300SL accelerated from 0-60mph in 7.4 seconds, going on to achieve a top speed of 140mph - outstanding figures for its day. It was, arguably, the world’s first supercar.

Clearly the 300SL Coupé would be a hard act to follow, yet the Roadster version, introduced just three years later, succeeded in bettering its closed cousin’s already exemplary road manners. Built with conventional doors, the 300SL Roadster was first exhibited at the Geneva Salon in May 1957 and was an immediate hit with the 1950s ‘jet set’ including royalty, actors and socialites. The production of an open 300SL involved altering the cockpit area, where the spaceframe was redesigned to permit lower sills for improved access. At the same time the rear suspension was changed to incorporate low-pivot swing axles. The 300SL Roadster sold well for a car that cost more than a Ferrari 250GT California Spyder, and would out-live the 300SL Coupé by several years.
The Roadster’s neutral steering characteristics received fulsome praise from Road & Track in its 1958 roadtest. ‘With the low-pivot rear suspension and more adhesive tyres, the car handles beautifully under all conditions. This is a tremendous improvement over the hardtop models, which had a tendency to oversteer rather violently if pressed too hard.’ A 0-60mph time of 7.0 seconds and a top speed of 130mph were recorded, making the 300SL Roadster one of the fastest convertibles of its time. R&T concluded: ‘There is no doubt that the 300SL roadster is a truly great dual-purpose sportscar, equally at home in traffic and the open road, or on the track,’ words that remain equally true today. Roadster production ceased in 1963 after 1,858 cars had been built, and today the model is both rare and highly sought after.

This iconic 300SL Roadster was imported into Switzerland on 9th February 1960 and has remained in the hands of various important private collections in that country. It was sold to the current Swiss enthusiast owner on 16th May 2005 at Bonhams’ Les Grandes Marques à Monaco Sale (Lot 247). The car’s immediately preceding owner was a Swiss-German collector who lavished much money on maintaining the vehicle to a very high standard for over 35 years. Since acquisition the car has been thoroughly restored to its excellent current condition. The engine has been fully re-commissioned, while the brakes, oil pump, starter motor, clutch and radiator were either replaced or refurbished to as new condition. All the remaining moving parts of the car were checked, serviced and renewed as necessary. To complete the package a new battery was fitted recently and the car starts on the button every time.
The brightwork of this beautifully presented car is superb, while the interior leather is excellent, showing only a slight patina of use, as do the carpets. The black mohair hood is as new, a new steering wheel has been fitted and the car comes complete with a perfect hard top. A tailored car cover is included also.

When driving this 300SL the first impression one gets is of the strength of the engine; in any gear the 3.0-litre straight six pulls with tremendous urge and the car feels tight and secure when driven at either high or low speed. There cannot be many better ways of travelling to a classic event, taking part and driving home.

Accompanying documentation includes a comprehensive file of invoices detailing all the work undertaken, Swiss title and valid roadworthiness certificate.

Local taxes will apply if the car remains in the EU but it may, of course, be imported via Monaco (for local residents at 5.5%) or the UK (5%).

• Iconic model
• One of only 1,858 made
• Eligible for a wide variety of prestigious events
• Recently restored



1960 Mercedes 300 SL Roadster

Châssis no. 198-042-10-002512
Moteur no. 198-980-10-002563
Couleur : Argent métallisé, intérieur beige

Cylindrée : 6 cylindres, 2,996 litres
Boîte de vitesses : 4 rapports plus marche arrière
Puissance : 215 chevaux
Fabrication : de 1957 à 1963 (Roadster)
Production : 1858 exemplaires (Roadster)

Créée pour être le fer de lance de Mercedes lors de son retour en compétition dans la période d’après guerre, la 300SL débute sa carrière sportive à l’occasion des Mille Miglia de 1952, terminant en deuxième et quatrième position au classement général. Viendront ensuite des victoires dans la Carrera Panamericana et au Mans. La 300 SL entre dans la légende du sport automobile. Les premières voitures de course étaient découvertes mais avant la fin de la saison 1952, le très original Coupé Gull-Wing (ailes papillon) voit le jour. Les seuils de porte étant hauts placés, châssis multitubulaire oblige, il se pose donc un problème d’accès à bord. Il était facile sur les voitures découvertes, mais ici, dans la configuration Coupé, il faut penser de nouvelles solutions techniques, d’où les portes papillons.

Lancée en 1954, la 300 SL de série garde le châssis des voitures de compétition et reçoit le moteur six cylindres en ligne à arbre à cames en tête de 2,996 litres, orienté à 45 degrés pour pouvoir installer un capot bas, plus aérodynamique. Bénéficiant de l’injection directe d’essence, un procédé innovant, ce moteur nec plus ultra sort 215 chevaux à 5800 t/m. Une boîte de vitesses à quatre rapports transmet la puissance au pont arrière hypoïde. (Larousse : se dit d’un engrenage à denture spirale dont les axes de roues ne se rencontrent pas). La suspension est à quatre roues indépendantes, avec bras triangulés et ressorts hélicoïdaux à l’avant, bras oscillants et ressorts hélicoïdaux à l’arrière.

Essayée en 1955 par les journalistes du magazine Road and Track la 300 SL a donné des chiffres d’accélération de 0 à 60 mph (précisément 96,4 km/h) de 7,4 secondes et une vitesse maximum de 140 mph (225 km/h), des performances exceptionnelles pour l’époque. On peut affirmer qu’il s’agit en fait du premier Supercar au monde.
Il est bien évident que prendre la suite de la 300 SL Coupé est un challenge difficile. Toutefois, la version Roadster, présentée trois années plus tard, réussit à dépasser les performances de sa proche cousine, pourtant un exemple en la matière de conduite sur route. Construite avec des portes conventionnelles, la 300 SL Roadster a été exposée pour la première fois au Salon de Genève en mai 1957 et remporte un succès immédiat au sein de la société jet set des années 50, princes, acteurs et membres de la haute société confondus. Le fait de produire une 300 SL découverte impliquait une modification du cockpit, le châssis sera donc redessiné pour abaisser les seuils de portes, ceci permettant un accès à bord plus facile. La suspension arrière est également modifiée, les bras oscillants sont abaissés. La 300 SL Roadster s’est bien vendue, alors qu’elle coûtait plus cher qu’une Ferrari 250Gt California Spyder. Elle survivra au Coupé 300 SL pendant de nombreuses années.

La conception et la conduite de ce Roadster recevront un vibrant éloge de la revue Road and Track à l’occasion d’un essai réalisé en 1958. « Grâce à la suspension arrière surbaissée et aux pneus améliorant l’adhérence, la voiture se conduit formidablement dans toutes les conditions de route. C’est une amélioration considérable par rapport aux modèles hard top, qui avaient une tendance au survirage assez violente si l’on accélérait un peu fort ». Des chiffres d’accélération de 0 à 60mph (96,4km/h) de 7 secondes et une vitesse maximum de 130 mph (210km/h) ont été établis, faisant de la 300 SL Roadster l’une des convertibles les plus rapides de son époque. R&T de conclure : « Aucun doute : la 300 SL Roadster est vraiment une voiture de sport à utilisation mixte, qu’il s’agisse de rouler en ville et sur route ou sur un circuit ». Ces mots restent d’actualité aujourd’hui. La production du Roadster a cessé en 1963, date à laquelle 1858 exemplaires avaient été construits. Aujourd’hui, ce modèle est à la fois rare et très recherché.

Cette 300 SL Roadster, précieuse comme une icône, a été importée en Suisse le 9 février 1960 et a fait partie de diverses collections importantes dans ce pays. Elle a été cédée à son enthousiaste propriétaire suisse actuel le 16 mai 2005 lors de la vente Bonhams

Les Grandes marques à Monaco (lot 247). Le propriétaire précédent était un collectionneur Suisse Allemand qui a dépensé sans compter pour maintenir la voiture en très bonnes conditions, et ce durant 35 ans. Depuis sa vente, la voiture a été parfaitement restaurée et se présente donc en très bon état. Les plus gros travaux ont concerné la caisse, qui a été entièrement poncée puis repeinte dans sa livrée d’origine, argent métallisé. Le moteur a été totalement refait, les freins, la pompe à huile, le démarreur, l’embrayage et le radiateur ont été soit refaits à neuf soit remplacés. Toutes les autres pièces ont été vérifiées, entretenues et remplacées en cas de besoin.
L’aspect de cette très belle voiture est superbe, l’intérieur, en cuir, est en excellent état, avec quelques traces de patine dues à l’usage, tout comme sur les tapis. La capote Mohair noire est comme neuve, un nouveau volant a été installé et l’équipement de la voiture est complété par un hard top et sa housse d’emballage. Figure aussi avec les équipements une couverture de protection en tissu.

Au volant de cette 300 SL, la première sensation concerne l’intensité du moteur. Quel que soit le rapport choisi, le six cylindres en ligne de 3 litres réagit très vigoureusement, la voiture reste sûre et s’adapte à tous les types de conduite, lente ou rapide. Il s’agit d’une possibilité, rare, de rejoindre par la route le lieu d’un évènement classique auquel on est inscrit, d’y participer et de rentrer chez soi par le même moyen.

La voiture est proposée avec une documentation complète comprenant les factures de tous les travaux entrepris, le titre suisse de propriété et le certificat d’état de marche.

Les taxes locales seront appliquées si la voiture reste en EU mais elle peut évidemment être importée via Monaco (taxe de 5,5% pour les résidents) ou l’Angleterre (5%).

• Voiture symbole… un mythe
• Véhicule rare, seulement 1858 exemplaires fabriqués
• Possibilité de participer à de nombreux évènements prestigieux
• Restauration récente

Saleroom notices

  • Should this vehicle remain in the European Union then Import Taxes will be payable by the buyer. Si ce véhicule reste dans l'Union Européenne l'acheteur devra régulariser des taxes d'importation.
Auction information

This sale is now finished. If you are interested in consigning in future sales, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this sale, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

For all Sales categories excluding Wine, Coins & Medals and Motor Cars and Motorcycles:

Buyer's Premium Rates
25% on the first €50,000 of the Hammer Price
20% from €50,001 to €1,000,000 the Hammer Price
12% on the excess over €1,000,000 of the Hammer Price

TVA at the current rate of 20% will be added to the Buyer's Premium and charges.

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licences please contact Bonhams Shipping Department.

Similar Items