1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A,
Lot 162
The property of Georges Mathieu, only 33 built,1936 Mercedes-Benz 500K Cabriolet A 105383
Sold for €887,500 (US$ 1,118,516) inc. premium

Lot Details
1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A, 1936 Mercedes Benz 500K cabriolet A,
The property of Georges Mathieu, only 33 built
1936 Mercedes-Benz 500K Cabriolet A
Coachwork by Sindelfingen

Chassis no. 105383
Colour: Black

Cylinders: 8; 5,018cc
Gears: 4 + reverse
Power: 100/160bhp
Produced: 1934-1936 (500K)

Sensation of the 1934 Berlin Auto Show, Mercedes-Benz’s legendary pre-war 500K supercar cost a small fortune when new and today commands a king’s ransom, such is its rarity. The 1930s decade was a period of unprecedented fertility in motor car styling, of which the sublime 500K represented the very pinnacle of excellence. Its timeless appeal endures to this day.

The 500K, which boasted an ingenious swing-axle independent rear suspension layout, was created by Hans Nibel, who having started with Benz in the early years of the 20th Century, succeeded Marius Barbarou as chief engineer in 1904 and designed (and raced) the huge Benz cars of the period, culminating in the 200hp ‘Blitzen’ Benz. After the merger with Mercedes, he replaced Ferdinand Porsche and created the most sophisticated chassis of their day for road and track, including the first of the ‘Silver Arrow’ racers. The supercharged road-going Mercedes of the 1930s are a wonderful tribute to his engineering skills.

Together with its successor the 540K, the magnificent Mercedes-Benz 500K was arguably the most noteworthy production model offered by the Stuttgart firm during the 1930s. The 500K was powered by a 5,018cc supercharged straight-eight engine that featured the company’s famous Roots-type supercharger system in which pressing the accelerator pedal to the end of its travel would simultaneously engage the compressor and close off the alternative atmospheric intake to the carburettor. This system had been thoroughly proven on the preceding series of Dr Porsche-conceived S-Type cars, and in effect the 500/540K was the last supercharged production Mercedes until relatively recent times.

Beneath its seemingly endless bonnet, the 500K’s straight-eight engine developed 100bhp un-supercharged or 160bhp with the compressor engaged. The gearbox was a four-speeder with overdrive top ratio. With the supercharger engaged, the 500K had a top speed approaching 110mph (177km/h) matched by servo-assisted hydraulic braking. Its performance potential was such that Mercedes-Benz in the UK retained racing driver Goffredo ‘Freddy’ Zehender as technical adviser and demonstration driver, since the supercharged Mercedes was one of the few genuine 100mph road cars available in the 1930s.

Although the 500K/540K chassis attracted the attention of many of the better quality bespoke coachbuilders of the day, the company’s own Sindelfingen coachwork left little room for improvement. The cabriolet came in a variety of styles. This example has the Cabriolet A option with two-door, left-hand drive coachwork and is outstandingly handsome, boasting wire wheels, twin boot-mounted spares, exposed landau irons, twin horns and a centre spotlight. The work of the gifted Hermann Ahrens, design chief at Mercedes-Benz’s in-house Sindelfingen coachworks, the Cabriolet A offered two-seater accommodation allied to breathtaking performance. After testing a 500K cabriolet in 1936, The Autocar declared: ‘This is a master car, for the very few. The sheer insolence of its great power affords an experience on its own.’

The manufacturing record of the 500K reveals its exclusive nature: 105 being produced in 1934, 190 in 1935 and 59 in 1936. In recent years, the rarity, style and performance of these big supercharged Mercedes have made them one of the most sought-after of all classic cars on the few occasions they have come on the open market.

The imposing and supremely elegant 500K Cabriolet we offer here belongs to celebrated French artist Georges Mathieu, who has owned it for 50 years. The chassis no. 105383 was delivered as a 500K Cabriolet A with body no. 817602 to a dealer in Munich in 1935.

Fenders, bumpers and headlights are quite unusual for a 500K Cabriolet A; the car has been "modernized", already before the war. The front fenders belong to the first version of a 540K Cabriolet A (1936-1937), the rear fenders are typical for a 540K "Innenlenker" (Limousine). Bumpers and headlights are also from the 540K models 1936-1938. Such modifications were not unusual at that time.

Georges Mathieu was born in Boulogne in 1921 and took up painting after studying literature and philosophy. A flamboyant character, he developed a distinctive calligraphic style of abstract painting in the 1950s, often executed as theatrical events in front of an audience. Pioneering the style of Lyrical Abstraction and ‘Art Informel’, Mathieu was the only French artist whose work of this period rivalled the great American masters of Abstract Expressionism, and it was Mathieu who introduced Jackson Pollock to Paris.

Mathieu also produced furniture, tapestries and sculptures. During the 1970s his calligraphic designs were seen everywhere in France – he produced work for Air France, the TV station ‘Antenne 2’ and designed the face of the 10 Franc coin. His work can be seen in major art galleries worldwide.

Mathieu, who held a major retrospective of his work in Paris in 2003, bought the 1936 Mercedes-Benz 500K Cabriolet A at an official French Government auction in 1958, a time when his career as an abstract painter was propelling him to stardom. He has used the car on a daily basis in and around Paris ever since.

Chassis number ‘105383’ has been carefully maintained and in the late 1980s underwent a complete restoration by the distinguished specialist, André Lecoq. On collecting his finished car, Mathieu burst into tears, so moved was he by the quality of Lecoq’s masterpiece. Indeed, Mathieu’s 500K secured André Lecoq France’s prestigious ‘Best Art Restorer’ accolade in 1989, the only occasion this award has been made for an automobile restoration.

Representative of the very best that money could buy in the mid-1930s, this car represents an excellent example of this classic German model and is a credit to its artist owner’s refined good taste.

• Famous current owner
• Only 33 Cabriolet A produced
• The most elegant and exclusive 500K



Propriété de Georges Mathieu et seulement 33 exemplaires produits

1936 Mercedes-Benz 500 K cabriolet A
Carrosserie de Sindelfingen
Châssis no. 105383
Couleur : Noir

Sensation du Salon de L’Automobile de Berlin 1934, la légendaire Mercedes-Benz 500 K d’avant-guerre coûtait une petite fortune neuve et équivaut aujourd’hui à la rançon d’un roi, eu égard à sa rareté. Les années 1930 ont été une période d’une créativité sans précédent en matière de style automobile, au cours de laquelle la sublime 500 K a représenté l’excellence. Son attrait hors du temps demeure encore aujourd’hui.
La 500 K, qui disposait d’un ingénieux système de suspensions arrière indépendantes à essieu articulé, a été créée par Hans Nibel, qui a débuté chez Benz au début du 20ème siècle, succédant à Marius Barbarou en tant que chef ingénieur en 1904 et a conçu (et piloté) les énormes Benz de l’époque, culminant à plus de 200 ch avec la « Blitzen » Benz. Après la fusion avec Mercedes, il a remplacé Ferdinand Porsche et créé les châssis les plus sophistiqués de l’époque pour la route et le circuit, dont les voitures de course « Silver Arrow » (« Flèche d’Argent »). Les modèles routiers suralimentés de Mercedes des années 30 sont un hommage extraordinaire au savoir-faire des ingénieurs.
Comme le modèle 540 K qui va lui succéder, la magnifique Mercedes-Benz 500 K a probablement été le modèle de production le plus remarquable de la société de Stuttgart pendant les années 30. La 500 K était équipée d’un moteur huit cylindres en ligne à compresseur de 5 018 cm3 qui disposait du fameux système de suralimentation de type Roots de la société par lequel presser la pédale d’accélérateur à fond revenait simultanément à déclencher le compresseur et fermer les prises d’air atmosphériques du carburateur. Ce système avait été testé en profondeur sur les précédentes voitures de Type S conçues par le Dr Porsche, et par la suite les 500 et 540 K ont été les dernières Mercedes à compresseur avant une époque récente.

Sous un capot paraissant sans fin, le moteur huit cylindres en ligne de la Mercedes 500 K développait 101 ch (DIN) lorsqu’il n’était pas suralimenté ou 162 lorsque le compresseur se déclenchait. La boîte disposait de quatre vitesses avec un overdrive sur le dernier rapport. Avec le compresseur enclenché, la 500 K approchait les 177 km/h en vitesse de pointe sous l’assistance d’un servo-frein hydraulique. Ses performances potentielles étaient telles que Mercedes-Benz au Royaume Uni avait fait appel au pilote Goffredo « Freddy » Zehender comme conseiller technique et pilote d’essai, la Mercedes à compresseur comptant parmi les premières véritables voitures de route à atteindre les 160 km/h dans les années 30.

Bien que le châssis de la 500/540 K attirait l’attention de nombreux carrossiers reconnus pour la qualité de leur travail à l’époque, la carrosserie Sindelfingen, propriété de la société, ne laissait pas beaucoup de champ à l’amélioration. Le cabriolet est venu parmi un choix de plusieurs styles. Le modèle présenté dispose de l’option de carrosserie cabriolet A avec deux portes, conduite à gauche, et est extrêmement beau, arborant des roues-fil, deux roues de secours montées sur le coffre, des ferrures de landau apparentes, un klaxon double et un projecteur. Travail d’Hermann Ahrens, le talentueux responsable du design au sein de la carrosserie Sindelfingen intégrée à Mercedes-Benz, le cabriolet A offrait le confort pour deux passagers et des performances à couper le souffle. Après avoir testé le cabriolet 500 K en 1936, The Autocar a déclaré : « Il s’agit d’une voiture d’exception, réservée à peu d’élus. L’insolence de sa puissance exceptionnelle est une expérience à elle seule. »

Les registres de construction de la 500 K révèlent son caractère exclusif : 105 exemplaires en 1934, 190 en 1935 et 59 en 1936. Ces dernières années, la rareté, le style et les performances de ces grosses Mercedes à compresseur ont fait d’elles les voitures classiques les plus convoitées, leur apparition sur le marché restant très exceptionnelle.

L’imposante et suprêmement élégante 500 K cabriolet que nous présentons ici appartient au célèbre artiste français Georges Mathieu, qui la possède depuis 1958.

Cette voiture a été délivré neuve avec numèro de carrosserie 817602, donc avec sa carrosserie cabriolet A d’origine, à un concessionnaire de Munich en 1935. Comme d’autres 500K, la voiture a été modernisée avec des phares et des pare-chocs de 540 K. De telles modifications n’étaient pas inhabituelles à l’époque et étaient faites dans le but d’apporter à la voiture le meilleur de ce qui se faisait.

Georges Mathieu est né 1921 et s’est mis à la peinture après avoir étudié la littérature et la philosophie. D’une personnalité flamboyante, il a développé un style calligraphique propre de peinture abstraite dans les années 50, souvent exécuté comme des événements théâtraux face à une audience. Inaugurant le style de l’Abstraction Lyrique et de « l’Art Informel », Mathieu était le seul artiste français dont le travail de l’époque rivalisait avec celui des grands maîtres américains de l’Expressionnisme Abstrait, et c’est Mathieu qui présenta Jackson Pollock à Paris.

Mathieu produisait également des meubles, des tapisseries et sculptures. Pendant les années 70, ces œuvres calligraphiques ont été vues partout en France – il a travaillé pour Air France, pour Antenne 2 et a dessiné le visage de la pièce de 10 francs. Son travail peut être vu dans les plus grandes galeries de la planète.
Mathieu, dont une rétrospective majeure de son travail a eu lieu à Paris en 2003, a acheté la Mercedes-Benz 500 K cabriolet A de 1936 à une vente aux enchères officielle de l’État français en 1958, à une époque où sa carrière en tant que peintre abstrait a connu son envolée. Il a utilisé la voiture pour ses déplacements quotidiens à Paris et aux alentours.

Le châssis numéro « 105383 » a été entretenu soigneusement jusqu’en 1985, date a laquelle elle a bénéficié d’une restauration complète (carrosserie, circuit electrique, interieur) par le spécialiste reconnu, André Lecoq. En retrouvant sa voiture restaurée, Mathieu a fondu en larmes, ému par la qualité de l’œuvre de Lecoq. En effet, la 500 K de Mathieu a permis à André Lecoq de remporter le prestigieux prix français de « Meilleur restaurateur d’art » en 1989, la seule occasion pour laquelle une restauration d’une automobile à reçu cette distinction.
Représentative de ce qu’un Gentleman pouvait acquérir de meilleur dans les années 30, cette voiture est un excellent exemple de modèle classique allemand et un hommage au bon goût raffiné de son artiste propriétaire.

Le plus beau modèle des 500K
Seulement 33 Cabriolet A construits
Historique extraordinaire.

• Voiture dans les mains d’un artiste majeur
• Un des 33 Cabriolet A produits
• La plus élégante et exclusive des 500K
Auction information

This sale is now finished. If you are interested in consigning in future sales, please contact the specialist department. If you have queries about lots purchased in this sale, please contact customer services.

Buyers' Obligations

ALL BIDDERS MUST AGREE THAT THEY HAVE READ AND UNDERSTOOD BONHAMS' CONDITIONS OF SALE AND AGREE TO BE BOUND BY THEM, AND AGREE TO PAY THE BUYER'S PREMIUM AND ANY OTHER CHARGES MENTIONED IN THE NOTICE TO BIDDERS. THIS AFFECTS THE BIDDERS LEGAL RIGHTS.

If you have any complaints or questions about the Conditions of Sale, please contact your nearest customer services team.

Buyers' Premium and Charges

For all Sales categories excluding Wine, Coins & Medals and Motor Cars and Motorcycles:

Buyer's Premium Rates
25% on the first €50,000 of the Hammer Price
20% from €50,001 to €1,000,000 the Hammer Price
12% on the excess over €1,000,000 of the Hammer Price

TVA at the current rate of 20% will be added to the Buyer's Premium and charges.

Shipping Notices

For information and estimates on domestic and international shipping as well as export licences please contact Bonhams Shipping Department.

Similar Items