1928 Mercedes-Benz 26/120/180 S,
Lot 155
1928 Mercedes-Benz 26/120/180 S-type 6.8-litre supercharged Torpedo Roadster by J. Saoutchik of Neuilly, Paris
Sold for €2,317,500 (US$ 3,210,896) inc. premium
Lot Details
1928 Mercedes-Benz 26/120/180 S-type 6.8-litre supercharged Torpedo Roadster by J. Saoutchik of Neuilly, Paris
It was the World War One German air aces’ desire to desire to fly faster and higher than their opponents that led Mercedes to develop supercharging for internal combustion engines, a technology that they translated into terrestrial terms by pioneering the production of supercharged motor cars in the 1920s. However, the legend of the big supercharged Mercedes really got under way when the newly-merged Mercedes-Benz company’s chief engineer Ferdinand Porsche created the S-type 26/120/180-hp in 1927. While its 6.8-litre engine was basically that of the K-type that it succeeded, the low-slung vee-radiatored S-type represented a clean break with the upright styling of its predecessor. Capable of speeds in excess of 100 mph, the S-type recorded many victories in road racing. At the opening meeting at the new Nürburgring on 19 June 1927 – the first public appearance of the new model – Rudi Caracciola and his co-driver Rosenberger won the class for sports cars of more than 5 litres, with Caracciola recording the fastest time of the day.

But the S-type was also a superlative road car and was said to be more flexible to drive than the 7.1-litre “SS” that followed in 1928; this was certainly the opinion of Edgar L. Mayer, who owned over 100 examples of the marque and was known in the early 1950s as “the greatest Mercedes expert still living”. At that time, Mayer retained an immaculate S-type tourer as an everyday car, with an equally handsome two-seater as back-up.
The 6.8-litre S-type was produced in four series from 1927 to 1930, with a total output of some 170 cars; this car is from the original 1927-28 “W 9856” sanction, of which just 26 examples were built. It was ordered new from Mercedes-Benz Inc, the factory branch company in New York by one Mrs Charles Levine, believed to be the wife of the millionaire Charles A. Levine, backer (and passenger) of aviator Clarence Chamberlain, who flew the Atlantic in a Bellanca monoplane in 1927, shortly after Lindbergh had made his successful solo crossing.

Mrs Levine opted not to have the standard factory bodywork on her car, choosing instead a daringly low-slung “Torpedo Roadster” body by Saoutchik of Paris, France’s most fashionable coachbuilder. The Mercedes was delivered in chassis form to the Saoutchik coachworks on the Rue Jacques Dulud in Paris on 2 August 1928, where it was fitted with one of Jacques Saoutchik’s finest creations, whose long bonnet and short rear deck make the most of the dramatic proportions of Porsche’s chassis. Subtle chrome spears accent the sweeping curves of the wings, while a daring break with tradition was the lack of running boards.

Saoutchik’s mastery of folding top mechanisms is demonstrated by the way that the tan hood disappears completely beneath the rear deck and the side glasses roll down into the doors to create a clean, perfectly proportioned side elevation. Room for luggage was not the point, but even for the most daring adventures some space was required and so compact purpose built cases nestled behind the driver and passenger seats.

Nevertheless, when the Mercedes arrived in New York, Mrs Levine failed to take delivery, apparently because the style and colour of the car did not appeal to her “irascible, pompous, difficult” husband.

Whatever the reason, the S-type remained in the New York Mercedes-Benz showroom until an enterprising salesman persuaded an existing Mercedes owner, Frederick Henry Bedford Jr, a director of the Rockefellers’ Standard Oil Company (and the son of one of its vice-presidents), to buy the car.
It remained with his family until 2006, when it was purchased by the current owner. For years Bedford’s family would recall how the asking price of the car had initially deterred young Bedford, but then he had succumbed when a generous discount was offered to take the car from the company’s stock!
Early in 1929 Frederick Bedford took the car to his home in Greens Farms, Connecticut, an exclusive enclave on the shores of the Long Island Sound within yacht-commuting distance of Wall Street. A near neighbour was the young sportsman, Briggs Swift Cunningham, who later that year married Frederick Bedford's cousin Lucie, honeymooned in Europe and bought his own Mercedes-Benz, a four-seat SS phaeton, from the Mercedes-Benz stand at the London Motor Show.

Romance was in the air for Frederick Bedford, too: when he drove his S-type to Pittsburgh, he met a young lady named Margaret Stewart at a party at the Rolling Rock Club in Ligonier. She abandoned her date, accepted Frederick Bedford’s offer of a ride home in his Saoutchik-bodied Mercedes-Benz that evening, and they subsequently married.
Perhaps because of its romantic associations, Bedford never sold his Mercedes; he kept it until his untimely death in 1952, after which it was laid up in the family garage. It remained there for almost 30 years until in 1980, when his widow was about to celebrate her 75th birthday, her granddaughter baked a special cake shaped in the image of the Mercedes, which was delivered along with a poem about the car.

This inspired Margaret Bedford to commission a restoration by Gus and Rich Reuter, who had been maintaining exotic European automobiles since 1929. After two years, the Bedfords’ S-type emerged from the Reuters' shop, carefully restored in its original livery of cream with dark red frame and suspension, red leather interior and tan cloth top. The only departures from the original specification were the substitution of leather upholstery for the original reptile-skin and the omission of the discs that had covered the original wire wheels.

Shortly afterwards, the car won a National First Prize at an Antique Automobile Club of America concours and was subsequently given to Mrs. Bedford's granddaughter. When in 1986, the Mercedes was selected by Mercedes-Benz to be a featured car during its Centennial celebrations, it was spotted by James S. Rockefeller, founding chairman of the celebrated Owls Head Transportation Museum in Maine and a descendant of John D. Rockefeller’s brother.

The family link intrigued him, and he negotiated the loan of the car to Owls Head, where it was a prized exhibit for the next two decades, carefully maintained and occasionally exercised. With little more than 31,000 miles on the odometer, this one-of-a-kind supercharged Mercedes is, quite simply, one of the most stunning examples of this legendary model ever to be offered for sale.

Footnote - Austrian Saoutchik and Mercedes Kompressor historian and enthusiast Egon Zweimuller has been kind enough to assist Bonhams with the very early history of this machine prior to its delivery to America.
Mr. Zweimuller retains part of the archive of Saoutchik material and has been able to confirm that the car was originally ordered in chassis form by the Paris branch of Mercedes-Benz and that it was from there that it was supplied to Saoutchik. The coachbuilders penned the unique low windscreen version of an existing style of bodywork which they termed a Cabriolet d’Avant Garde.
Additional information retained by Mr. Zweimuller includes the original bodywork designs, and many photographs of original features.
Mr Zweimuller has stated to Bonhams that he would be pleased to assist any purchaser or prospective purchaser with this information.
For further information, this car is offered for sale in Europe under temporary import and local taxes will apply.

• In previous ownership from new
• Supercharged Mercedes-Benz
• Ultra low windscreen variant of supremely elegant Saoutchik Torpedo coachwork
• Never publicly concours exhibited



1928 Mercedes-Benz 26/120/180 ch Type S « Torpedo Roadster » moteur 6,8 litres suralimenté carrossée par J. Saoutchik de Neuilly (Paris – France)

Grace aux « As » allemands de la Première Guerre, qui souhaitaient voler plus vite et plus haut que leurs adversaires, que Mercedes s’est dirigé vers le développement de moteurs suralimentés à combustion interne, une technologie transposée sur terre par les débuts de la production de voitures à moteur suralimenté dans les années 20. Cependant, la légende de « la grosse » Mercedes suralimentée a vraiment pris forme lorsque le chef ingénieur, nouvellement arrivé de la société Mercedes-Benz, Ferdinand Porsche, créa la Type S 26/120/180 ch en 1927. Alors que son moteur 6,8 litres était à la base de la Type K, à laquelle elle avait succédé, la Type S surbaissée et dotée d’un radiateur en V représentait une rupture franche avec les versions classiques des modèles antérieurs. Capable d’atteindre les 160 km/h en pointe, le Type S a remporté de nombreuses victoires dans les épreuves sur route. Lors de la première compétition organisée sur le Nürburgring le 19 juin 1927 – première apparition publique du nouveau modèle – Rudi Caracciola et son co-pilote Rosenberger ont remporté la victoire de la catégorie des voitures de sport de plus de 5 litres, Caracciola réalisant le temps le plus rapide de la journée.
Mais la Type S était aussi une voiture de tourisme d’exception et avait la réputation d’être plus souple à conduire que la 7,1 litres “SS” qui pris la suite en 1928. C’était également l’opinion d’Edgar L. Mayer qui avait possédé plus de 100 modèles de la marque et était connu au début des années 50 comme « le plus grand expert vivant de Mercedes ». À cette époque, Mayer possédait une Type S de tourisme qu’il utilisait comme voiture de tous les jours, et en réserve une deux places dans un excellent état.
La Type S 6,8 litres a été produite en quatre séries entre 1927 et 1930, avec un total d’environ 170 voitures produites. Cette voiture est du millésime 1927-28 référencée sous la cote “W 9856”, dont 26 exemplaires ont seulement été construits. Elle a été commandée neuve à Mercedes-Benz Inc, la filiale de l’usine à New York, par une certaine Mme Charles Levine, femme du millionnaire Charles A. Levine, mécène (et passager) de l’aviateur Clarence Chamberlain, qui vola au-dessus de l’Atlantique à bord d’un monoplane Bellanca en 1927, juste après que Lindbergh ait réussi sa traversée en solitaire.

Mme Levine ne souhaitait pas avoir la carrosserie d’usine sur sa voiture, et choisit à la place une audacieuse version surbaissée « Torpedo Roadster » réalisée par Saoutchik à Paris, le carrossier francais le plus en vue du moment. La Mercedes a été livrée sous forme de châssis aux ateliers de Saoutchik situés dans la rue Jacques Dulud à Paris le 2 août 1928, où elle a été transformée en l’une des plus belles créations de Jacques Saoutchik, dont le long capot et l’arrière raccourci rappellent les fameuses proportions du châssis Porsche. De subtiles lames chromées accentuent les courbes des larges ailes, tandis que l’absence de marchepieds crée une audacieuse rupture avec la tradition. La maîtrise de Saoutchik en matière de carrosserie est illustrée par le fait que la capote en cuir jaune disparaît complètement sous le coffre arrière et les glaces latérales se baissent à l’intérieur des portes pour créer une ligne superbe et parfaitement proportionnée. L’espace pour les bagages n’était pas le point fort, mais à l’occasion des plus audacieuses aventures, lorsqu’un peu de place était nécessaire, des compartiments compacts conçus spécialement était prévus derrière les sièges conducteur et passager.

Néanmoins, quand la Mercedes est arrivée à New York, Mme Levine ne s’est pas présentée pour en prendre possession, le style et la couleur de la voiture ne plaisant apparemment pas à son “irascible, pompeux et difficile” mari.

C’est pour cette raison que la Type S est retournée dans le showroom Mercedes-Benz de New York jusqu’à ce qu’un vendeur persuade, Frederick Henry Bedford Jr, déjà en possession d’une Mercedes et alors directeur de la Rockefellers’ Standard Oil Company (et fils d’un de ses vice-présidents), d’acheter la voiture.

Elle est restée dans sa famille jusqu’en 2006, lorsqu’elle a été achetée par le propriétaire actuel. Pendant des années, la famille Bedford s’est rappelée que le prix demandé pour la voiture avait initialement dissuadé le jeune Bedford, mais il avait finalement succombé lorsqu’une généreuse remise avait été consentie pour sortir la voiture des stocks de la société !

Au début de l’année 1929, Frederick Bedford a ramené la voiture dans sa maison à Greens Farms, dans le Connecticut, enclave privée sur les rives du Long Island Sound assez proche pour lui permettre de s’y rendre en yacht depuis Wall Street. Le jeune sportif et proche voisin, Briggs Swift Cunningham, qui a épousé la même année Lucie, la cousine de Frederick Bedford, a passé sa lune de miel en Europe et a acheté sa propre Mercedes-Benz, une SS « Phaeton » quatre places, sur le stand Mercedes-Benz au London Motor Show.

La romance était également dans l’air pour Frederick Bedford. En route pour Pittsburgh au volant de sa Type S, il a rencontré une jeune femme portant le nom de Margaret Stewart lors d’une fête organisée au Rolling Rock Club à Ligonier. Elle abandonna son ami du moment, acceptant cet après-midi là l’offre de Frederick Bedford de la ramener chez elle dans la Mercedes-Benz dessinée par Saoutchik, et ils se marièrent par la suite.

Peut-être à cause de ce romantique souvenir, Bedford n’a jamais vendu sa Mercedes. Il l’a conservée jusqu’à sa mort en 1952, après quoi elle a été stockée dans le garage familial. Elle y est restée pendant presque 30 ans jusqu’en 1980, quand sa veuve s’est apprêtée à célébrer l’anniversaire de ses 75 ans, et que sa petite-fille a fabriqué un gâteau spécial orné de l’image de la Mercedes, qui a été amené accompagné d’un poème consacré à la voiture.

Cela a poussé Margaret Bedford à engager une restauration confiée à la société de Gus and Rich Reuter, qui entretenaient des automobiles européennes « exotiques » depuis 1929. Au terme de deux années de travail, la Type S des Bedford est sortie du magasin des Reuter, soigneusement restaurée dans sa livrée d’origine crème avec les bas de caisse et suspensions en rouge foncé, l’intérieur en cuir rouge et le toit en cuir jaune. Les seules modifications par rapport à la version originale étaient le remplacement des garnitures en cuir par de la peau de serpent et la suppression des disques qui couvraient les roues-fil d’origine.

Peu de temps après, la voiture a gagné un National First Prize au concours de l’Antique Automobile Club of America et a été donnée à la petite-fille de Mme Bedford. Lorsqu’en 1986, la Mercedes a été sélectionnée par Mercedes-Benz pour être une voiture exposée lors de la célébration du centenaire de la marque, elle a été découverte par James S. Rockefeller, président fondateur du célèbre Owls Head Transportation Museum dans le Maine et descendant du frère de John D. Rockefeller.

Le lien de famille l’intriguait et il a négocié le prêt de la voiture au profit du Owls Head où elle a été exposée durant les vingt années suivantes, entretenue avec soin et mise en route occasionnellement. Avec un peu mois de 50 000 kilomètres au compteur, cet exemplaire unique de Mercedes suralimentée est, tout simplement, un des plus stupéfiants exemples d’un modèle de légende jamais offert à la vente.

Notes
L’historien autrichien, spécialiste de Saoutchik et des Mercedes à compresseur, Egon Zweimuller a eu l’amabilité de fournir à Bonhams les informations concernant l’histoire de cette machine avant sa livraison en Amérique.
M. Zweimuller détient une partie des archives de Saoutchik et a été en mesure de confirmer que la voiture a été commandée à l’origine sous forme de châssis par la filiale Mercedes-Benz de Paris et a été envoyée depuis la France à Saoutchik. Les carrossiers ont transformé cette version unique à pare-brise bas en un style inédit de ligne qu’ils ont dénommé Cabriolet d’Avant Garde.
Les informations supplémentaires fournies par M. Zweimuller incluent les dessins de carrosserie d’origine, et de nombreuses photos.
M. Zweimuller a confirmé à Bonhams qu’il serait ravi de fournir des informations aux acheteurs ou a toute personne intéressée.
Pour plus d’information, cette voiture est proposée à la vente en Europe avec application des taxes locales et d’importation temporaire.

• Un seul propriétaire avant l'actuel
• Rare modèle de Mercedes à compresseur
• Trés rare variante à pare-brise surbaissé d'une des plus élégante carrosserie Torpedo de Saoutchick
• Jamais encore exposée dans les concours d'Elegance

Saleroom notices

  • Should this vehicle remain in the European Union then Import Taxes will be payable by the buyer. Si ce véhicule reste dans l'Union Européenne l'acheteur devra régulariser des taxes d'importation.
Activities